LASNAMIA

Assez rigolé, il est temps de pleurer.( Le Quotidien d'Oran du 10/01/2017)

 
Assez rigolé, il est temps de pleurer

 

 

par Hamid Dahmani

 

 

L'heure est à la raillerie et aux accusations de sorcellerie. Les patrons-charlatans posent des devinettes aux présents, et ce sont eux-mêmes qui répondent à l'énigme. Il fait beau au pays de la magie. C'est le grand bonheur chez les grands chefs, qui profitent du calme pour taquiner les rivaux. On prend du bon temps pour se marrer et déclencher le rire de la galerie. La recette pour se défouler dans un pays fermé, on s'enferme à double tour dans une salle transparente et démocratique et on fait son show politique devant des «cautionneurs» obéissants. Au pays de la liberté d'expression, on le dit avec le rire dans tous ses sens de «t'manchir», et de «t'ferâin». On nous le dit, «França el ghadara» est toujours aux commandes du pays. «Hay âlina !» nous les niais, on pensait qu'elle avait fait ses valises en 1962. Mais attention, il ne faut pas trop tirer sur la corde. A ce titre, il y a une expression populaire relative et bien claire qui dit : «La déchirée rit de la fragmentée et la décousue a éclaté de rire». Dans la vie, il y a des malheurs qui font rire et d'autres qui font pleurer. Ceux qui affichent la banane jaune sur le visage aujourd'hui font de l'ombre à la vérité et ils mentent comme des arracheurs de dents. Le rire jaune cache toujours un esprit traître et maléfique. C'est drôle, il y a des individus qui ont le fou rire à tout moment sans être chatouillés. L'heure est au rire sordide et aux applaudissements des aplatis. Les acteurs et les spectateurs du rire devraient, au contraire, se lacérer le visage avec une cardeuse. L'humour noir nous fait plier d'un rire cynique. Faut-il rire du ridicule ou simplement l'ignorer. Le temps est riant et apitoyant pour le plaignant et ses assistants. Dans ces moments de frasques et d'impertinence, seul le rire fait le plein chez le cœur froid. La raison hurle, à haute voix sur tous les toits, que le pays va droit dans le mur. «Assez rigolé !» répondent les raisonnables, et il est temps d'introduire le FLN au musée d'histoire comme patrimoine de tous les Algériens. «Oublie-la !» répondent les rigolos qui veulent continuer à cultiver le rire. La santé du rire se porte comme le charme rythmique d'une derbouka. Elle a un bel avenir grâce aux discours vides produits par la caste qui nous surveille de près. Les pathétiques attisent la causerie avec des stupidités. Si ce n'est pas la rumeur, c'est untel qui alimente les secrets de coulisses qui sont les sujets récurrents du bêtisier politique qui nous divertit. Au lieu d'ouvrir un débat sérieux avec de nouvelles démarches pour amortir le choc pétrolier et sortir avec un consensus national pour l'intérêt du pays, on se détourne de la réalité et on minimise les dangers qui guettent notre avenir et celui de nos enfants. Les adversaires politiques s'affrontent comme des charlatans dans un souk pour gagner la meilleure place, pour faire avaler des couleuvres à ceux qui les écoutent. En attendant, la fête du rire forcé se poursuit, sans le rire de bon cœur… 


10/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres