LASNAMIA

Le Lion de l'Atlas-Le Quotidien d'Oran-21/12/2016

 
Le Lion de l'Atlas
 

par Hamid Dahmani

 

 

Algérie Poste apprécie sûrement le signe astrologique du lion, c'est une ardente défenseuse des espèces animales en voie d'extinction, et pour cela, elle vient d'émettre durant ce mois courant un timbre-poste d'une valeur de 50,00 dinars dans la catégorie faune, imagé par le '' Lion de l'Atlas ‘'ou Lion de Barbarie. Un beau et majestueux spécimen avec une crinière très fournie. Une espèce animale unique qui a peuplé les montagnes de l'Atlas il était une fois, et qui s'est éteinte à l'état sauvage depuis bien longtemps. Fort heureusement, quelques lions de cette espèce sont toujours de ce monde. Ils étaient élevés et conservés dans des ménageries de l'époque, et ils ont été sauvés in extremis grâce à des zoos du monde. Le dernier lion de l'Atlas a été tué en 1943, croit-on savoir. Ce lion racé, qui faisait partie du décor des massifs montagneux de l'Afrique du nord, a été victime de la folie meurtrière des colons tueurs de lions, qui ont occupé le Maghreb dans le passé. Selon des témoignages de l'époque, il paraît que le dernier lion de l'Atlas a été vu dans la région de Khenchela dans les années 50. Dans le parler algérien, quand on admire quelqu'un pour son courage et sa force, on dit de lui ; « Radjel ke s'baa » (un homme tel un lion). Le lion est considéré comme le symbole de la puissance et de la suprématie. Tartarin de Tarascon le chasseur de lions, est le héros et le personnage principal du roman d'Alphonse Daudet paru en 1872. 

L'auteur de cette histoire de l'époque s'était inspiré des voyages funestes de son cousin qui effectuait des allers et retours réguliers en Algérie pour venir chasser le lion et s'offrir un beau trophée pour l'accrocher au mur de son salon. Dans le livre, Tartarin de Tarascon se rend dans la ville d'Orléansville (Chlef) en diligence à partir d'Alger, descend à l'hôtel d'Europe de l'époque et erra pendant des mois de douar en douar dans l'immense plaine du Chélif à la recherche des lions pour les tuer. Dans son récit, il évoque le photographe d'Orléansville Cixous cité dans le récit, et qui a éternisé sur les pages de l'histoire des photos inédites de cette fabuleuse région. Cette triste et burlesque histoire de l'époque ou l'Algérie était française, illustre bien cette drôle histoire et l'extinction de la race sauvage du lion de l'Atlas en Afrique du nord. Et depuis, l'extinction de la race animale sauvage continue en Algérie malgré les lois qui protègent les espèces en voies de disparitions. La presse nationale rapporte régulièrement les « exploits » des braconniers qui n'hésitent pas à braver les interdictions pour chasser et exterminer les espèces fragiles qui peuplent notre environnement. Dans le Sud algérien, c'est toute la faune, dont les gazelles qui paient le prix fort de ce massacre avec d'autres espèces endémiques. Dans le Nord, ce sont les passereaux et plus précisément les chardonnerets qui sont pourchassés et poursuivis jusqu'aux fins confins du pays pour les attraper et les mettre en cages. Les souks hebdomadaires sont les lieux privilégiés pour écouler ces volatiles victimes de ces graves délits, sans inquiétudes. Les cigognes blanches n'échappent pas à ce triste constat. Leurs nids qui sont souvent construits sur des poteaux électriques ou dans des endroits publics du centre urbain, sont détruits par la main de l'homme. Aujourd'hui, dans la nature sauvage du pays, il n'y a plus de lions, ni de léopards, et si cette frénésie d'exterminer n'est pas freinée, d'autres espèces aussi menacées subiront le même sort. Peut-être que plus tard, il n'y aura plus d'oiseaux, plus de papillons, plus d'abeilles, et plus de vies animales sur terre. Il était une fois, le rugissement du roi lion, dans les monts de l'Atlas Tellien, et qui s'est tu depuis belle lurette. Le lion de l'Atlas n'est plus qu'un mythe. Il n'est visible, dans le présent, que dans quelques zoos à l'étranger ou sur des timbres ou des photos souvenirs d'époque. La prestance du lion nous manque beaucoup dans ces moments mélancoliques. Le comble, c'est l'hyène rayée, l'ennemi du lion, qui a fait son apparition depuis quelques temps dans le pays et l'a remplacé. C'est dommage pour l'histoire qui n'a pas eu sa part du lion… 


21/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres