LASNAMIA

Monsieur «Kiw»-Le Quotidien d'Oran du 29/6/2017

 
Monsieur «Kiw»
 

par Hamid Dahmani

 

C'est stupéfiant de croiser sur les trottoirs populaires ou dans des cafés de la papote, des mecs qui ne sont plus ce qu'ils étaient avant. Ces personnes ont changé brusquement leur train de vie, et ils sont redevenus comme ils étaient avant. Ces nabots font leur mue avec le temps et ses bouleversements. Des gens qui rêvaient hier avec plein d'ambitions démesurées. Ils se pavanaient il y a peu de temps dans la rue avec leurs semblables, bien nippés, le torse bombé, la tête haute et la banane bien fixée sur le visage pour impressionner ceux qui les regardent. Des «chekhssietes siyassia», des «personnalités politiques», élus et fonctionnaires, qui se prélassaient aux frais de la princesse sans aucun retour pour ceux qui les ont désignés à cette fonction. Il y a peu de temps, ils faisaient la pluie et le beau temps au moment où ils étaient perchés dans leurs fonctions VIP, et qui n'ont pas eu la chance d'être reconduits dans leurs fonctions comme ils s'y attendaient. Naguère, ces revenants toisaient le peuple du haut de leur rang distingué. 

Aujourd'hui, ces riens ont regagné la vie et le rang populaire contre leur volonté, après avoir perdu leurs privilèges et leur immunité. Ces messieurs sont revenus pour emprunter les trottoirs et poser les pieds sur terre comme nous, alors qu'avant dans les moments fastes, ils nous survolaient en voiture de luxe dégageant de la poussière suffocante derrière eux. Aujourd'hui, ils font semblant d'être redevenus des individus sobres dans la société en baissant la tête pour éviter de rencontrer la vérité en face. Dans le présent, ils sont devenus tout petits, très petits même. Ils sont devenus nains dans la taille. Là où ils sont, et là où ils passent, on entend cette drôle interjection ironique «kiw» fusant de la bouche des jeunes frustrés, juste pour les narguer pour leur mépris d'autrefois. Monsieur «kiw» est un produit parvenu ridicule made in Algeria. Ces gens, qui ne méritent aucune sympathie, sont pleins de reproches, et ils ne savent dire pour leur défense que «sahit khouya !» aux passants qui les ignorent quand il les croisent. Hier, ils n'ont pas été fidèles et sincères envers les électeurs. Au lieu d'être de braves militants élus, porte-voix du peuple auprès de qui de droit, ils ont trahi cette voix. Maintenant que les citoyens ne sont plus tendres avec eux, ils rasent les murs pour éviter le regard accusateur et les coups de bec populaires. «Kane w darwek khala el makane» (il était…, maintenant il a cédé le siège). Grandeur et décadence pour les assoiffés de pouvoir à qui on a dit au revoir. La médiocrité a pris position et nargue la raison. La pensée négative a pris le dessus et veut s'imposer pour pérenniser dans la grande maison. L'heure est négative, et ne donne pas de la vie. Le négatif a de l'appétit, il veut à tout prix s'éterniser pour ringardiser la société. 


29/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 326 autres membres