LASNAMIA

Moul el foul -Le Quotidien d'Oran du 27/11/2016

small font medium font large font
Moul el foul
 

par Hamid Dahmani

 

Quand le doute s'installe autour du marchandage d'un produit entre deux personnes, il y a toujours cette réflexion qui est lancée par l'acquéreur. «Moul el foul, igoul daymen tayab» (Le vendeur de fèves dit toujours que ses fèves sont tendres). On utilise cette expression à l'endroit des personnes qui veulent écouler un produit suspect. En effet les vendeurs peu scrupuleux affirment et en rajoutent sur la qualité de leur marchandise au moment de la transaction, mais en réalité ils vendent des mensonges pour duper les niais. Par contre en matière de cuisine, les friands amateurs raffolent de cette plante potagère. 

Les fins connaisseurs disent que «Guedra bissar, khir me soltan fi darou. Un bon plat préparé avec des fèves sèches bios, cuisiné dans la tradition, reste un succulent repas plein de vitamines, et très sollicité dans les moments froids de l'hiver. Dans un autre volet, les fèves sont aussi une base pour les sages proverbes. On utilise aussi le terme fève dans d'autres réflexions, mais dans un autre sens de la recette. Dans les marchés, les vendeurs de produits louches vantent et crient à tue-tête «foul tayab !». Les sages disent que le mal de la fève provient de son flanc. Les gens n'hésitent pas à mentir sur la qualité des articles qu'ils écoulent. Les hommes sont tentés par le gain facile, et ils sont prêts à utiliser tous les subterfuges pour rouler le client. Les plus malins leurs répondent «moul foul igoul daymene tayab !» mais, en réalité c'est faux. Les fourbes n'ont aucun état d'âme quand il s'agit de commercer. Ils fourguent n'importent quoi aux malheureux clients, juste pour se débarrasser de leur marchandise encombrante. Généralement leurs «fèves» sont coriaces et pourries «m'kaweze we aâssi». 

Mais, «moul el foul» utilise le langage de la ruse pour attraper les endormis, alors que ses fèves sont immangeables. Entre le faux discours et le petit mensonge, «foula wenkasmate âala zoudj» (une fève qui s'est fendue en deux), entre l'acheteur et le vendeur, pour affirmer le contraire. Dans le présent, le registre de commerce politique frivole nous fait gaver aussi de sa recette de fèves indigestes. Les anciens ont dit autrefois que «El foul oomro ma ikoun âaoula, wel arabe omrohm ma idirou dawla» (les fèves ne constitueront jamais un stock alimentaire, comme les Arabes ne formeront jamais de nation). Comme quoi, une réserve de fèves ce n'est pas une grande garantie sur laquelle on pouvait compter, et qu'elle ne constituera jamais un moyen de survie dans les moments de disette. Les fèves se dégradent rapidement et pourrissent avec le temps. On dit aussi que chaque fève a son point noir… 


27/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres