LASNAMIA

"Chambit", pluriel "Chnabtya".. un métier en voie de disparation ? (Youcef L'asnami)

 

"Chambit", pluriel "Chnabtya".. un métier en voie de disparation ?

 

Plusieurs études prospectives menées à travers le monde dont celle de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) nous annoncent la disparation de dizaines de métiers à l’horizon 2022 dont ceux de « taxieur », moniteur d’auto-école, traducteur, livreur, caissier, conducteur de métro ou de train, magasinier, bibliothécaire, secrétaire, comptable, technicien de laboratoire, assistant juridique, standardiste, etc.
La cause de cette disparition ? Informatisation, automatisation, robotisation… 
Curieusement le métier de Garde Champêtre, plus connu sous le nom de « Chambit » chez nous et « Chnabitya » au pluriel- semble échapper à cette disparition. Ce métier fait partie de ceux issus de la colonisation. 
En janvier dernier, un centre de gestion du Haut-Rhin (68) organisait un concours de recrutement de gardes champêtres principaux avec les épreuves suivantes : 
I - Epreuves écrites d’admissibilité
1) La rédaction d’un rapport établi à partir d’un dossier relatif à un événement survenu dans un lieu public (durée : 1 heure 30, coefficient 3). 
2) La réponse à partir d’un texte remis aux candidats à des questions sur la compréhension de ce texte et l’explication d’une ou plusieurs expressions figurant dans ce texte. (durée : 1 heure, coefficient 2). 
II - Epreuves d’admission
Peuvent seuls être autorisés à se présenter à l’épreuve d’admission les candidats déclarés admissibles par le jury. 
1) Des épreuves physiques (coefficient 2), 
- Hommes :- une épreuve de course en ligne de 1000 mètres - une épreuve de natation de 50 mètres en nage libre. Tout parcours terminé, même en dehors des limites de temps indiquées par la table de cotation, sera côté 10 points. 
- Femmes :- une épreuve de course en ligne de 600 mètres - une épreuve de natation de 50 mètres en nage libre. Tout parcours terminé, même en dehors des limites de temps indiquées par la table de cotation, sera côté 10 points. 
2) Un entretien avec le jury portant sur le fonctionnement général des institutions publiques et sur la motivation du candidat pour occuper un emploi de garde champêtre. (durée : 20 minutes, coefficient 2).

Je n’ai pas souvenance que ce métier ait été pratiqué par une femme chez nous du moins. La preuve le mot « Chambita » qui aurait du être le qualificatif n’existe pas à ma connaissance ! 
Mais je me souviens parfaitement du « Chambit » de la cité Arroudj à CHLEF. Un homme grand, svelte, souvent en kachabia et toujours avec un papier froissé dans les mains. Il arpentait les ruelles de mon quartier avec un œil sur tout : chkoune ezouadj, ou m3a mane, chkoune Talag et pourquoi, Chkoune rahe fe service militaire et jusqu'à quand, chkoune rahe fel chomage…

Peut être que notre ami Hamid Dahmani, un des détenteurs de la mémoire de cette ville pourra nous rappeler son nom.

PS. Une française qui faisait des recherches sur un de ses parents, garde champêtre en Algérie, s’est adressée aux services d’Etat Civil d’Algérie en ligne et a reçu la réponse suivante :

"Madame,

En réponse à votre e.mail en date du 15 mars 2010, j'ai le regret de vous informer que les Archives nationales d'outre-mer ne détiennent aucun dossier personnel au nom de votre arrière arrière grand père DENIS François Joseph, né en 1825 et garde champêtre à Douera en Algérie.
Les dossiers des gardes champêtres sont restés sur place en Algérie.
Veuillez agréer, Madame, l’expression de ma considération distinguée. "

L’image contient peut-être : 1 personne , texte


03/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres