LASNAMIA

DES TRUCS BIDON A CHLEF

Des trucs bidon fi bledi

 

Ça sonne le bidon creux et sourd dans le douar de Chlef, depuis que ce grand bidonville a reçu son statut officiel de bled el-beylek. Il était une fois… avant Hier, quant le  précieux patrimoine de la plaine du Cheliff  valait chère aux yeux de sa vraie population  natale qui était fière  de sa région qui avait gagné une notoriété de  grande cité au courage du lion dans le pays.  C’était un grand et beau département ou il était agréable de vivre paisiblement  dans la plaine du Cheliff  et de savourer le grand plaisir d'appartenir a cette region et a sa richesse traditionnelle. On était joyeux et plein de bonheur au milieu  de notre environnement chaleureux Asnami  .Maintenant c'est fini le rêve d'antan. La vie c'est gâchée et elle  est devenue difficile, le bien être a disparu avec la densité populaire. Notre radieuse ville a perdue son charme  du passé tant regretté, elle est trop petite  aujourd'hui pour tout le monde. Une ville dégradée dans le présent et qui a perdue son statut de wilaya depuis fort longtemps

 Sale, hideuse et surtout envahie par le commerce informel toléré par les responsables locaux qui préfèrent la paix en fermant les yeux sur l'anarchie urbaine  affichée  qui c'est installée dans le chef lieu de la wilaya

Dans la ville de Chlef ,c’est fini,  khlass le rai entlef.  La belle cité mérite plus le qualificatif de bled, elle est devenue un douar plein de trucs  bidon avec des espaces  aménagés sur les trottoirs du centre ville pour les soukistes venus de partout pour polluer le bien être quotidien. Le faux discours, le laxisme  et la complaisance font l'unanimité  <<des sourds, des muets et des aveugles>> pour  mieux ternir l'image de la ville

Des promesses bidon, des échéances bidon, des discours bidon pour une population traitée comme un vulgaire bidon de zbel au milieu d'un grand bidonville victime du déséquilibre régional. Nous sommes les heureux auditeurs participant au jeu du schmilblick. On se bidonne et en se marre a merveille avec tout ce fourbi de truc bidon via la ville de chlef

Bidoune maa, bidoune taalik, bidoune zbel, bidoune zite…..ched zitek a moule zit

On étouffe sous la pression de la passivité et le pessimisme des gens qui ont perdu tout espoir  salvateur à un redressement de la situation. Le defaitisme a pris le dessus sur l'optimisme. Le citoyen Chelfi  s'avoue vaincu, il est devenu un spectateur morbide  qui encaisse sans brancher devant cette mascarade qui se joue sur son territoire

Tout est contraire à la réalité dans la gestion du patrimoine de la ville. La culture souffre le martyr, elle est torturée par des incultes et fonctionne sous le pouvoir des    fonctionnaires  et des affaires qui n'ont aucun esprit culturel. Les associations honorent les responsables à l'occasion de fêtes culturelles au détriment de vrais artistes qui sont ignorés et exclus pour leurs idées. C'est le monde à l'envers et nous vivons l'ère du brossage dans toute son étendu de la servitude. Un mélange d'artistes bidon et de machins chouettes déguisés  et vêtus de costumes  d'apparat de comédiens pour la circonstance qui  aiment les cérémonies et acceptent des miettes et qui se rangent du coté de la médiocrité en silence. Le nif et la solidarité des gens pour faire triompher le savoir et le mérite dans l'intérêt de la société ne sont plus à l'ordre du jour

Koulchi rah fel bidoune! (Tout est parti dans des trucs bidon)

Tout ce cinéma gratuit qui se joue en séance permanente dans ce bled me rappelle et me renvoie à une époque pas très lointaine ou l'eau n'était pas encore courante et le robinet n'était pas branché dans la cuisine et que tout le monde s'alimentait dans la fontaine publique du quartier. Et comme chaque matin de bonheur c'était le train-train matinal régulier de chaînes interminables de bidons devant la fontaine d'eau pour remplir son seau d'eau le premier

Aujourd'hui c'est toujours le même refrain mis à part que ce n'est plus devant une fontaine d'eau  publique qu'il y a une chaîne de bidon de toute marques. Les rôles sont inversés ce sont des personnes qui jouent le rôle de bidon et qui forment des chaînes devant des bâtiments publics, là ou il y'a a boire et a manger pour les médiocres qui prolifèrent comme des morpions  au milieu de la saleté 

ADEL



11/07/2011
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 365 autres membres