LASNAMIA

Expression du terroir-Le Quotidien d'Oran du 22/10/2019

small font medium font large font
Expression du terroir

 

par Hamid Dahmani

 
Jadis, pour dresser leurs animaux domestiques, les paysans quand ils discutaient entre eux sur la façon de le faire, en parlant de l'âne ou du mulet, utilisaient l'expression du terroir suivante «Battez-le pour la paille, il oubliera le foin» (Dhorbo âla t'ben, yensa el gorte). Vieille formule proverbiale au caractère champêtre, elle est issue de notre précieux terroir qui consiste à apprendre à la bête à ne pas être trop exigeante, ni à toucher aux choses interdites sans la permission du maître ou du propriétaire.

Dans le présent et dans le sens figuré de cette expression populaire, on emploie aussi ce proverbe pour les humains, pour remettre les convoiteurs, les resquilleurs et les profiteurs qui vivent aux crochets des autres à leurs places, quand ils sont difficiles à contenter.

Dans la vie, il y a des gens qui n'ont pas de limites dans leurs désirs farfelus, sans scrupules. Ces individus profitent et usurpent le bien de leurs bienfaiteurs sans la moindre reconnaissance. Cette espèce vit principalement sur le dos des gens trop naïfs et abusent de la gentillesse de leurs interlocuteurs uniquement pour s'accaparer de leurs biens. Ensuite, ils font la sourde oreille sur les dettes qui resteront impayées à tout jamais. Donc, pour prévenir et couper court avec ces situations contraignantes, il faut toujours précéder les événements avant leur avènement. Aussi quand on est en face de ces gens-là, il faut ruser avec eux, quand ils vous approchent, il faut trouver rapidement une issue salvatrice pour s'en débarrasser sans casser d'œufs. Ces personnes peu recommandables lorsqu'ils sollicitent un service quelconque auprès de leurs connaissances, c'est uniquement pour les duper et les soulager de leur argent. Ces fourbes ne s'intéressent à vous que pour vous quémander quelque chose. Ce sont de mauvais payeurs qui font semblant d'oublier qu'ils sont redevables envers leurs prêteurs. Pour cela, nos amis, ou les victimes qui ont subi leurs indélicatesses, nous mettent en garde toujours contre les tentations de ces énergumènes condamnables. Quand on parle de ces gens en aparté on emploie souvent cette drôle d'expression : « Dhorbo âla t'ben, yensa el gorte ! », pour lui faire comprendre qu'il faut aller voir ailleurs. C'est-à-dire, ne pas répondre à la demande positivement et refuser ses caprices.



22/10/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 365 autres membres