LASNAMIA

Jerome Robert le petit-fils de Paul Robert.


Edition du Lundi 09 Août 2010

Culture

Jérôme Robert : “C’est une occasion de revenir sur son œuvre”

IL EST LE PETIT-FILS DE PAUL ROBERT DONT L’ANNÉE 2010 COÏNCIDE AVEC LE CENTENAIRE DE SA NAISSANCE


Par : Tahar Houchi

Il revient, dans cet entretien, sur son travail et ses projets en tant que lexicographe ainsi que l’hommage qu’il prépare pour son grand-père.

Liberté : Vous êtes le petit-fils de Paul Robert. Êtes-vous lexicographe, de père en fils ?
Jérôme Robert : Les gènes ne sont pas en cause ! J’ai, toutefois, poursuivi un projet de dictionnaire des sciences et techniques commencé par mon père, dont l’originalité est de reprendre la méthode analogique, qui a fait le succès du Robert, et de l’adapter au domaine de la culture scientifique. Ainsi, on bénéficie de la concision propre au dictionnaire et d’une approche qui remet le terme dans son contexte le plus large par le jeu des associations d’idées. Ce mode de présentation de l’information relie en particulier le lexique scientifique aux noms de savants ayant contribué au développement des domaines concernés.

Vous préparez la célébration du centenaire de la naissance de Paul Robert. Quelles sont les activités prévues pour cette occasion ?
Le centenaire de la naissance de Paul Robert est l’occasion de lui rendre hommage et de revenir sur son œuvre, le dictionnaire Robert. Il s’agit de rappeler la genèse d’un ouvrage qui est devenu une référence, voire un nom commun. Ce rappel n’est pas inutile car, au plan pédagogique, il est intéressant de suivre les différentes étapes, de la conception à la réalisation, qui ont conduit à cet outil, qui est, sans doute, le dernier dictionnaire créé sans l’usage de l’informatique. Même si cette dernière est d’un apport et d’un intérêt considérables, il est bon de se rappeler l’importance de la sélection des sources, de la réflexion, du travail, de l’obstination, de la persévérance, de l’enthousiasme, qui sont perceptibles dans les manuscrits du Grand Robert, conservés à la bibliothèque cantonale universitaire de Lausanne.

Le Robert est né en Algérie. Est-ce que l’Algérie sera associée aux festivités du centenaire ?
Je le souhaite vivement et me réjouis de l’invitation qui m’a été faite de participer au workshop de Tipasa sur la dictionnairique des langues de moindre diffusion organisé par le Centre national pédagogique et linguistique pour l’enseignement de tamazight et l’université Paris VIII. Cette rencontre a été l’occasion d’échanges pluridisciplinaires très riches et passionnants avec la communauté des linguistes et dictionnaristes.
Les dictionnaires et leurs “secrets de fabrication” sont des histoires d’hommes avec des implications qui vont au-delà de l’aspect purement technique. Il est question de culture, d’identité, de transmission, etc. J’ai eu l’honneur de présenter à ce colloque, outre un rappel historique sur le Robert, un projet soutenu par l’Agence de l’innovation (OSEO) et mené par la société que j’ai créée, Sciences & Co, avec la société Itaapy, toutes deux membres du pôle de compétitivité Cap Digital. L’un des objectifs de l’outil que nous développons est de faciliter la réalisation informatique collaborative de dictionnaires “analogiques”, c’est-à-dire utilisant les associations d’idées. De plus, 2010 me fournit l’occasion d’effectuer un “retour aux sources” en Algérie en compagnie de mon ami Mehdi Kahtane de la société de production Mundigo, avec qui nous travaillons à un documentaire sur “le Robert”. Nous allons à Alger (Hydra), où a commencé l’aventure éditoriale du Robert en 1951, et à Chlef, où mon grand-père est né et a passé son enfance. Son grand-père s’y était installé en 1849 ! Ce qui m’émeut, c’est de rencontrer un accueil aussi chaleureux de la part d’habitants de Chlef et des Algériens en général qui veulent bien voir en Paul Robert un des leurs.



06/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 362 autres membres