LASNAMIA

Le rêve du possesseur ( Le Quotidien d'Oran du 28/10/2017)

 
Le rêve du possesseur
 

par Hamid Dahmani

 

 

Certains hommes sont de friands possesseurs. Ils aiment infiniment, le pouvoir et la richesse. Ils ont un désir fou de la possession. Ils sont possédés par la convoitise de l'immense fortune. Ce sont des rêveurs et des accapareurs, à l'envie démesurée. Ils veulent régner en grands seigneurs et posséder la moitié du monde. Ils veulent, à tout prix, disposer de beaucoup de biens, uniquement, pour eux. Ils aiment avoir des usines, même s'ils en possèdent plusieurs. Ils veulent toujours plus de terres, à perte de vue, même s'ils sont, déjà, de grands propriétaires fonciers. Ils veulent amasser beaucoup d'argent, même si leur fortune ne se compte pas. Ils veulent la puissance et tout ce qui constitue le pouvoir absolu pour se protéger même s'ils sont à l'abri et plus fortunés que la banque. Les gens de cet acabit ne sont jamais rassasiés et ils ne changeront jamais d'idées funestes. Aussi, à ce sujet il y a un sage proverbe populaire qui dit; « T'mâ ikhasser t'bâ » (la convoitise gâche le plaisir). 

À force de rêver de tout posséder, arrivera un jour où de tels ambitieux se feront posséder et déposséder à leur tour. L'histoire coloniale nous apprend à travers ses témoignages écrits et vécus, qu'il était une fois la France expansionniste qui avait débarquée à Sidi Fredj, en 1830 avec son armée embarquée dans des vaisseaux et de frégates, dans le but d'annexer l'Algérie à la France. Et par la force des armes ils ont débarqué sur notre terre et occupé le pays pendant 132 ans. Ils ont exproprié la population de ses terres et de ses biens et ils les ont offerts aux colons qui sont venus s'installer, ensuite sur ce territoire, conquis par la force et la violence. Une résistance farouche de la population s'en est suivie, partout sur le territoire, avec, à sa tête les grandes figures de la résistance algérienne, l'Emir Abdelkader, Ahmed Bey, Cheikh Bouâmama et Cheikh El Mokrani qui ont rendu, coup pour coup, et harcelé l'ennemi, tout au long de cette résistance qui n'a jamais cessé. Alors que cette résistance ne désarmait pas et que les combats faisaient rage, le territoire était déclaré «possession d'Afrique» de l'empire français. 

La Poste de l'époque qui était sous l'autorité de la Poste aux Armées, était administrée par les militaires qui utilisaient une marque postale (griffe) spécifique apposée sur le courrier, qui portait la mention «Armée Expéditionnaire d'Afrique» entre la période 1835 à 1860. Cette griffe était utilisée par la Poste (RF) sur le courrier à destination de l'étranger, en guise d'affranchissement et de glorification de l'empire français. Dans le même ordre d'idée elle utilisait une autre griffe pour distinguer ce courrier en provenance de ces colonies d'Afrique, avec une oblitération portant la mention « Afrique possession » qui était apposée sur le courrier à destination de la France et des autres pays d'Europe symbole de « l'Armée Expéditionnaire en Afrique ». Généralement ce courrier provenait des militaires et des pieds-noirs qui occupaient le pays. Une marque postale coloniale pour signifier et affirmer que l'Algérie comme d'autres pays africains étaient une possession et une appartenance française. 

C'était effectivement le vœu des pieds noirs qui voulaient une Algérie française, et qui pensaient que cela allait passer comme une lettre à la poste. Mais, c'était sans compter qu'avec le temps et son injustice, les Algériens, avec leur volonté de fer, ne comptaient pas continuer à se soumettre et à se laisser marcher sur les pieds, sans réagir. Et puis il y a eu « les événements d'Algérie » que l'Autorité coloniale ne voulait pas reconnaître comme la guerre de Libération nationale. Grâce au déclenchement de la Révolution armée du 1er novembre 1954, l'indépendance du pays est arrachée après sept ans et demi de lutte et de grands sacrifices qui ont marqué notre histoire. Aujourd'hui, le pays vit sous l'emblème de la souveraineté et il n'y a plus d'expédition armée en Algérie ni de mention « possession» de notre pays sur le courrier postal. 

Mais, hélas, «tu chasses le naturel par la porte il revient par la fenêtre », et de nouveaux prédateurs sont apparus, ces dernières décennies et se comportent, étrangement, comme les colons d'hier, et ils ont la fièvre de la possession. Dans ces moments mélancoliques, le même scénario se répète comme au temps de la conquête avec une nouvelle espèce de « colonisateurs » qui veut posséder le pays. 

Des parvenus de la dernière heure veulent s'approprier ce riche territoire seulement pour eux et leurs enfants. Aussi ils profitent à outrance de cette époque des largesses de la République qui donne et offre aux plus nantis, et toujours les mêmes, des possessions indues. C'est la course folle au possessif, et ce vilain défaut n'est pas prêt de disparaître de la tête de ces énergumènes. Pour cela, il y a une autre sentence qui dit « Dja yess'â, wader tess'â » (il a voulu posséder, il en a égaré neuf ». 


28/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres