LASNAMIA

PATRIMOINE DE CHLEF (hasnaoui djamel )

Au courant de ce mois de mai 2009, l’association castellum tingitanum chargée de la protection du patrimoine archéologiques de la ville de chlef, a organisée au niveau de la  bibliothèque de wilaya une exposition-conference, animés par mrs Djamel hasnaoui et le président de l'association cherifi, qui sont intervenus pour expliquer a l'aide d'un data show au public présent la situation archéologique a travers les zones recensées et protégés de la wilaya de chlef.

Mr hasnaoui dans sa longue intervention sur le dispositif juridique mis en place par les pouvoirs publics, a souligné l'intérêt accordé par l'état a protégé les vestiges par tous les moyens efficaces et surtout par la sensibilisation du citoyen.

Aussi il est a souligné la forte présence de jeunes collégiens venus prendre part a cette journée d’étude consacré a la sauvegarde du patrimoine.



Culture : MOIS DU PATRIMOINE À CHLEF
Un trésor à préserver


Le Mois du patrimoine tire à sa fin. L'évènement est passé presque inaperçu. L'approche des examens y est pour quelque chose mais le manque d'information et d'affichage a beaucoup contribué à cette désaffection du public.
Nous avons stationné devant le petit musée, situé au centre-ville, coincé entre l'APC et la fac de droit, mais nous n'avons pu voir personne y pénétrer. Dans cette ambiance d'indifférence, l'association Castellum Teingitanum a organisé une exposition et une conférence au niveau de la bibliothèque de wilaya. Dans le hall, des panneaux renseignent sur la nature des différents sites découverts. M. Chérifi, président de cette association, nous explique que son travail de journaliste lui a permis de constater toute l'ampleur des dégâts causés à notre très riche patrimoine, par ignorance. Même constat pour des monuments classés comme les mosaïques de l'église Saint-Reparatus qui perdent leurs tesselles car exposées aux quatre vents. Rappelons que cette église a été édifiée au IVe siècle Av.J-C par les Romains. C'est ainsi que des étudiants et des professeurs ont été sensibilisés pour créer cette association, qui ne bénéficie d'aucune aide des pouvoirs publics. Dans la salle de conférences, M. Hasnaoui Djamal, archéologue, explique le dispositif juridique destiné à protéger le patrimoine comme l'article 02-98 qui punit ceux qui effectuent des fouilles avec des autorisations de l'APC non valables contrairement à celles émanant du ministère de la Culture. De même tous ceux qui trouvent un objet ancien doivent le signaler. Malgré cela on a retrouvé un sarcophage de la région de Cherchell au musée du Louvre. D'autres organisations internationales interviennent, comme l'Icrom (pour la rénovation, basé à Rome), l'Icom (organisation des professionnels des musées), l'Icomos (conseil des monuments et sites). Concernant la datation, elle se fait actuellement à l'aide de l'ADN au lieu du carbone 14. Le conférencier parlera longuement de la kalâa de Sidi Abdellah, qui a l'avantage de se trouver dans un endroit isolé mais, de par son terrain fertile, les labours détruisent des objets de valeur. Les noms de lieux comme Taoughrit, Tahalassa, Aïn- Merane attestent de la présence de farouches tribus berbères qui ont donné du fil à retordre aux envahisseurs. M. Cherifi parlera de la muraille de Benairia qui a été construite par les Romains en évitant des tumulus existant depuis 3 000 ans. Il se désole de voir seulement trois sites classés, à savoir Kalaât Sidi Abdellah, la casbah de Ténès, et Dar el- Baroud qui constitue le petit musée de Chlef. Vingt sites sont actuellement ciblés pour faire l'objet de l'installation d'une clôture et d'un gardiennage afin de donner un visage plus accueillant à ces endroits. Les vestiges concernés sont situés surtout à Ténès comme le phare de Sidi Merouane, la statue de la Vierge, la mosquée de Tarek Ibn Ziad, les canons turcs, les tombeaux phéniciens. L'association organise des campagnes de sensibilisation avec des sorties en direction des lycéens pour susciter des vocations. M. Chérifi Ahmed pense que seule la relance du tourisme est à même de sauver ce patrimoine inestimable, car des routes doivent être construites et l'entretien sera de rigueur.
Medjdoub Ali




Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2009/05/18/article.php?sid=83372&cid=16


18/05/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 361 autres membres