LASNAMIA

Un Algérien obligé de céder son invention : La «Valise solaire» ou l'autre victoire allemande par M'hammedi Bouzina Med : Bruxelles

small font medium font large font
Un Algérien obligé de céder son invention : La «Valise solaire» ou l'autre victoire allemande

par M'hammedi Bouzina Med : Bruxelles

Après cinq années de patience et de promesses de l'Algérie, le docteur Abene Abderahmane cède son invention, ‘la Valise solaire', à un groupe allemand. Ce dernier va bientôt la commercialiser sur l'Algérie. Si ce n'est pas triste… 

Il a tellement insisté pour que son pays, l'Algérie, s'octroie l'exclusivité de son invention : la ‘Valise solaire'. Il multipliait les contacts avec divers niveaux concernés : ministères, responsables de centres de recherche scientifique, responsables politiques, etc. Après plus de 5 ans, Abderrahmane Abene a fini, dans les bras d'une grosse société allemande, la «LUCAS - NÜLLE - GMBH». Elle produira la ‘Valise solaire' et Abderrahmane a réussi à négocier l'exclusivité de sa commercialisation, en priorité, en Algérie, dès la rentrée sociale prochaine. De quoi s'agit-il en fait ? 

Le chercheur algérien a mis au point une sorte de « valise » de la taille d'une valise diplomatique, équipée d'un panneau solaire, à haute intensité et qui est apte à fournir de l'énergie pour un appartement moyen avec ses équipements de base : frigo, radio, télé, etc. Quoique le procédé est connu depuis longtemps, la ‘Valise solaire' est, de part sa taille, sa maniabilité et sa puissance, une vraie révolution. Elle peut servir et dépanner, aussi bien, des maisons isolées en campagne, fournir de l'énergie pour des équipements portables (ordinateurs, GPS etc.) Ses domaines d'utilisation sont innombrables, en ces moments de crise énergétique et son coût financier insignifiant. Le docteur Abene qui encadre des thésards (doctorat d'Etat) dans des écoles polytechniques en France, Suisse et Belgique et des doctorants venus d'Algérie, a présenté son invention en Algérie, voilà près de 5 ans. Il a été invité par la TV algérienne et a été reçu par de hauts responsables qui l'avaient rassuré sur son projet. Lui, a continué à améliorer la performance de son invention. 

 Il parle désormais de la « Valise solaire type 5 ». Malheureusement, après avoir toqué à toutes les portes pour que la fameuse valise soit produite en Algérie, par des Algériens, il a vite déchanté. « Je ne pouvais attendre plus. Je n'avais pas d'autres choix que de céder le brevet aux Allemands. Mon but est que cette valise vienne, vite, au secours de tous ceux qui en ont besoin. Et Dieu sait combien ils sont, en Algérie et ailleurs à travers le monde » déclare-t-il. 

C'est donc, avec un cœur lourd et un sentiment d'inachevé qu'il a accepté l'offre allemande. Sentiment d'inachevé parce que Abderrahmane Abene a l'Algérie dans les tripes. Il ne cesse de faire le va-et-vient entre les universités européennes et algériennes : conférence dans près de 20 universités et centres de recherches, en Algérie, accueil et encadrement des étudiants doctorants algériens, en Europe, jumelage entre université…Plus, les nombreuses conférences et cours qu'il a donnés dans les universités algériennes ne lui ont pas encore été payés, à ce jour, soit après plus de 2 ans. Jusqu'aux billets d'avion qu'il paye de sa poche. A titre comparatif, le docteur Abene est invité, officiellement, aux USA, à Philadelphie, à la 2ème Conférence internationale et exposition sur le génie mécanique et aérospatial qui se tiendra du 8 au 10 septembre prochain. Cette conférence réunit, rappelons-le, des scientifiques, ingénieurs, directeurs de sociétés… dans les domaines de l'aérospatial, l'aérodynamique, l'aéronautique et le génie mécanique. C'est que le docteur Abene a déjà un passif, dans ces domaines. Sa propre thèse de doctorat a porté sur l'aérodynamique et l'aérospatial : il a été à l'origine de l'amélioration aérodynamique des ailes de l'avion Concorde, au temps où il valait encore. 

Plusieurs flèches à son arc dira-t-on. Abderrahamane Abene dispose de 12 brevets scientifiques, tous enregistrés en Europe. Espérons que les 11 brevets restants ne finiront pas, tous, dans l'escarcelle de multinationales étrangères. 

Les enfants d'Algérie qui innovent, créent et font le progrès, ailleurs ne demandent qu'un peu de confiance et de considération pour tout donner au pays, à leur terre natale. 


06/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 364 autres membres