LASNAMIA

Un calendrier décalé-( Le Quotidien d'Oran du 09-01-2017)

 
Un calendrier décalé
 

par Hamid Dahmani

 

 

Le temps coule lentement comme une rivière dans son lit, et depuis que le calendrier existe, c'est toujours le même rituel qui revient comme une saison au même temps pour célébrer et clôturer la fin des douze mois de l'année. On croise les doigts et on touche du bois pour faire exaucer nos vœux durant les derniers jours de l'année qui vont passer à la postérité. C'est le jour de l'an, et on souhaite le bonheur, la santé et la joie à tous ceux qu'on aime. Partout dans le monde, c'est la fête du temps. Comme des robots, à chaque événement annuel, on reconduit les mêmes souhaits qui reviennent avec la routine et le temps tenace. On récite machinalement, comme une punition, la vieille formule usée par le temps lassant les vœux de bonheur pour les proches et les amis. Santé et prospérité sont souhaitées durant cette fête de minuit, pleine d'embrassades. Les jours et les ans défilent et ne sont plus doux comme avant. Seuls les merveilleux souvenirs de l'histoire dédiée au temps passé sont évoqués du fond du cœur. L'heure H est proche, une minute ou soixante secondes pour traverser le pont du temps et embrasser le nouvel an. Les vœux annuels ne sont pas accomplis pour les demandeurs qui ne sont pas sincères. Le bonheur des exclus n'est pas au bout du tunnel. La vie est une sacrée poisseuse. Elle traîne derrière elle la malchance. Le temps n'est pas employé à bon escient, il semble être figé pour l'éternité. Il semble garder sa cadence morbide avec un présent vidé de son bonheur. Les cartes de vœux choisies, en couleurs et parfumées, n'y sont pour rien, elles sont inodores et frappées par le sceau de la mélancolie. Alors, tant pis pour les souhaiteurs qui vont être déçus. Peine perdue. C'est une dépense inutile pour le souvenir. C'est la faute au mauvais «bounani», qui s'obstine à nous gâcher le grand bonheur. La bonne année a changé d'adresse. Elle n'habite plus au numéro indiqué. On ne connaît plus son numéro de téléphone. Retour du pli à l'envoyeur, cher facteur ! Pour le bonheur, la considération, la joie et la dignité humaine, il faut attendre la fin de l'éternité. Le territoire est fermé au calendrier universel. L'époque s'est gourée de date, et d'histoire. L'heure est au ridicule, sans le harakiri. Le temps qui court maintenant est un contretemps pour la chronologie qui galope vers l'histoire. Notre calendrier est décalé. Il est vieux, et ringard pour la nouvelle ère. Les années et les ans se plaignent du mauvais traitement des jours sombres qui ferment le quotidien. Les jours sont exploités par les vieux ans d'antan. Il n'y aura pas d'étrennes cette année pour les salariés et les retraités. Serrage et essorage est la devise de la semi-république. Pour ne pas déroger à la règle, souhaitons bonne année aux charlatans, aux riens et aux escrocs en tous genres. Meilleurs vœux de bonheur à la médiocrité qui ravage le fonctionnement du pays. Malgré tout, beaucoup de succès à «s'hab el baroud wel carabina» qui nous surveillent. On n'oublie pas «s'hab sh'kara» et la langue de bois dans cette circonstance burlesque. Bonne continuité également à l'informel et les magouilles qui nous mènent droit dans le précipice pour les prochains jours. En vérité, le temps, avec ses jours, ses mois et ses ans, fait partie de ces moments merveilleux à vivre sur cette terre. Ils sont naturels, pleins de joie et de plaisir pour les vivants. C'est l'homme qui a perdu la raison avec ses idées sataniques de domination. Ils ont dénaturé l'existence, en la transformant en un enfer. Les plus puissants se sont accaparés du temps, et l'ont pris en otage pour l'exploiter au fil du temps… 


09/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres