LASNAMIA

Au nom de quel droit ?-Le Quotidien d'Oran du 24/06/2018

Raina Raikoum

 
Au nom de quel droit ?

 

par Hamid Dahmani

 

Généralement la loi est injuste dans sa vertu, et surtout lorsqu'elle prononce son verdict au nom du peuple. Aussi pour cette raison, y a-t-il une sentence proverbiale qui résulte de la «hogra» et qui dit : «la raison du plus fort est toujours la meilleure». Dans les Etats de droit qui se montrent du doigt, il est inscrit sur le fronton des importantes institutions que tous les citoyens doivent se plier à la loi. Les hommes sont égaux devant la loi partout où s'affiche la démocratie. 

Mais, hélas, trois fois hélas, cela n'est pas toujours le cas dans ce monde soumis à l'éternelle dictature qui sape les droits et les libertés individuelles. L'homme n'est pas très rectiligne dans sa manière de rendre la vraie justice. Donner à chacun ce qui lui appartient dans un arbitrage, c'est quelque chose qui se produit peu souvent. L'être humain est complètement marteau lorsqu'il a le pouvoir en main. Il fait et défait la loi selon son humeur matinale pour faire subir aux autres sa propre loi. Le cynique monsieur qui de droit est surprenant, est toujours le premier à faire entorse à la loi sans craindre le serment et les règles de droit. Monsieur qui de droit, le «puissant» adore le passe-droit pour s'accorder des privilèges et contourner la loi. Les hommes de loi sont très maladroits quand il s'agit de faire peser la loi de tout son poids au nom de la juste balance. La loi est mal en point, elle se plaint de sa maltraitance et de sa sous-traitance. La loi du plus fort est un tort des puissants qui se sont accaparés de la loi pour jouir de l'impunité grâce à leur immunité. Les hommes sont égaux devant la loi, dit le slogan écrit avec la langue de bois. La loi est ivre morte, elle vacille sous le poids de l'injustice qui sévit. Pour parvenir juste aux injustes envies de convoitises les hors-la-loi négocient la loi comme pour un achat à la supérette. Au regard de la loi, tout n'est pas droit pour monsieur qui de droit qui est un énergumène sans foi ni …loi. Entre les hommes de loi et les hors-la-loi c'est le regard pantois devant cette injustice flagrante. 

Les gardiens de parkings font de la concurrence déloyale à la loi légitime, eux aussi imposent leurs lois sur les aires de stationnement comme des seigneurs qui n'ont pas peur de la loi. De lois en lois, le citoyen a perdu tout espoir crédible de revoir la loi triompher des méchants brigands. Les lois sociales et les lois économiques ne savent plus sur quel pied danser pour avoir le juste équilibre et la bonne mesure pour faire fonctionner le pays. Les responsables élus et les fonctionnaires de l'exécutif ne s'accordent pas au juste endroit pour faire valoir ce qui est de droit pour leurs citoyens. Les oligarques eux aussi ne sont pas innocents, ils ont saigné l'économie du pays et piétiné la loi sans peur ni reproche. La loi est mal en point et elle ne réagit pas comme il le faut pour freiner les infractions. Dans les temps qui courent la loi n'a pas encore dit son dernier mot. Dans le présent, la loi fragile n'impressionne que ceux qui la respectent. La loi a besoin de rigueur et de vigueur pour être au-dessus de tous. Le glaive est émoussé et a besoin d'être affûté pour faire mal lorsqu'il tombe au nom de la loi pour sévir et rendre justice dans ce monde en mal de droiture. 



24/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 337 autres membres