LASNAMIA

Casser du sucre sur le dos des gens ( Le Quotidien d'Oran du 02/04/2015)

 
 
Casser du sucre sur le dos des gens
 

par Hamid Dahmani

 

 

Dans la vie, il y a des gens très drôles avec les autres, un peu trop pointilleux sur les bords et très acérés dans la langue avec laquelle ils trouvent un malin plaisir pour piocher dans la vie privée d'autrui. 

Cette espèce rare est née chez nous. Elle prospère dans les endroits populaires. Tantôt dans un café, tantôt adossé à un mur ou bien assis dans une épicerie pour casser du sucre sur le dos de quelqu'un. Une langue bien huilée et le verbe bien conjugué pour ratisser dans tous les états civils de la région. C'est une merveille de la nature et ils sont uniques dans le métier. Ces langues de vipères ont toujours des mots empoisonnés dans la bouche pour tuer le bonheur chez les autres. Ce sont les symboles de la misère, du malheur, de la ruine et de la médisance. Ils fouillent dans la vie de famille. Ils s'inquiètent et cherchent des nouvelles auprès des naïfs pour s'informer sur le compte des gens. Ils tendent l'oreille sagement et écoutent tout ce qui se raconte sur le compte de ceux qui ne sont pas là. Ils sont très attentifs quand il y a de la parlotte dans le bus pour alimenter leur curiosité. Ils ont toujours quelque chose d'inédit à disperser aux quatre vents. 

Le bavardage et la calomnie sont le fort de ces supers curieux qui fouinent à l'insu des gens pour nuire et détruire. Ce sont des langues vivantes qui animent et qui entretiennent notre existence à partir des mauvais commérages. C'est le profil parfait du sale fouineur dans les affaires des autres. Ces perfides vous affichent hypocritement sur le visage la banane jaune lorsque vous êtes en face, mais dès que vous avez le dos tourné, ils commencent à vous scier le dos. Ils sèment à tout vent leurs poisons. 

On dit que les absents ont toujours tort. Et que les oreilles commencent à siffler dès qu'on a le dos tourné. 

Les racontars et les bobards sont la spécialité de ces bonimenteurs qui trouvent un malin plaisir pour vous mettre sur la table pour décortiquer votre vie privée et mettre à jour vos secrets bien gardés quand vous n'êtes pas là. Ce sont de grands menteurs et ils en rajoutent toujours sur l'histoire et la réalité. 

Ces poux violent les limites sacrées et souillent l'honneur des gens gratuitement et oublient leurs bosses et leurs défauts. Ils sont aguerris à faire circuler les cancans et tous genres de bobards «foultene» malveillants. Toute la fortune de «flen» est issue de la corruption… a fait de la prison pour vol… 

Ce sont des grandes gueules qui prospèrent au milieu de la société et qui pourrissent la vie et le bonheur des autres, quand ils font le sujet du jour dans ce cercle vicieux de la médisance. 

Parler pour ne rien dire est une humeur chez les pires bavards. La vie est faite ainsi et on ne peut pas changer son destin. Papoter, ragoter est une passion qui a un caractère vicieux et malsain des nullards pour souiller les moments de bonheur. 

Hélas ! Il ne reste de la signification du mot bonheur que des mots tracés sur les pages du livre ou de l'esprit pour évoquer une mémoire perdue avec le temps et ses aléas. Le temps avec sa dureté et ses événements tragiques ainsi que les hommes ingrats sont en grande partie responsables de ce chamboulement du présent et du bouleversement catastrophique des mœurs. L'intelligence a cédé sous le poids de la médiocrité. On se cache pour mieux méditer et mourir dans l'isolement et l'amertume. Le pays a changé dans le mauvais sens. Il a perdu son charme vivace du passé. Il s'est subitement transformé en un mouroir de fin de vie. La patrie est devenue ingrate, elle repousse et se détourne de ses propres racines pour accomplir des forfaits injustes qui nuisent sérieusement à l'harmonie et l'épanouissement de notre environnement. Le pays est sous l'emprise de ceux qui le détestent et qui le méprisent. Il est malmené et traîné dans toute sa constitution. L'éducation subit les affres de l'à-peu-près. L'économie est un souk qui vague au gré de l'informel. La culture est aux mains des incultes et les artistes de talent préfèrent se terrer chez eux que de participer au ridicule qui anime le quotidien routinier décidé par des bouffons et des guignols. 

Les hommes honnêtes et les personnes au savoir-faire sont écartés pour être remplacés par les « khobzistes ». Les arrivistes sans sentiment de jalousie à l'égard de notre chère patrie qui leur a tout donné se sont retournés contre elle. 
 
 
http://www.lequotidien-oran.com/?news=5211794


02/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 364 autres membres