LASNAMIA

«Chouf el hogra,chouf» Le Chelif du 27/03/2019

 

 

 

 

Le Chelif du 27/03/2019


«Chouf el hogra,chouf»

 

«Klitou l’bled ya serakine !» (Vous avez mangé le pays, espèce de voleurs) ou «Djazaïr hora dimocratia» (Algérie libre et démocratique) ont ainsi clamé les algériens qui sont descendus en nombre dans la rue et en force bravant les interdictions de manifester décrétés par ces mêmes voleurs qui dirigent l’Algérie depuis deux décennies. Beaucoup de jeunes suivis par des hommes, des femmes et même des enfants de tous âges, ont scandé des slogans hostiles au pouvoir de la fraude. Des manifestations pacifiques, ordonnées, sans violences et pleines de couleurs vives, ont submergé les grands boulevards, avec des drapeaux,des banderoles et des écriteaux brandis à la main, qui énoncent et qui signifient la fin d’un régime autoritaire terni par la corruption et le régionalisme.La politique burlesque -et sa médiocrité- était la risée de ces manifestation qui ont ciblé les têtes pensantes de ce système autocratique,qui fonctionne sous la bannière de l’injustice et du clanisme en accord avec de faux investisseurs, qui se sont partagé les richesses du pays entre eux.La colère couvait depuis longtemps, et pour faire taire les revendications populaires, ils ont jeté des miettes à la société en quête d’une justice sociale. A pieds, en moto ou à vélo, les jeunes ont crié : «Selmiya»(pacifique) ou : «Dégagez !»
La jeunesse a pris d’assaut les rues, les places, les balcons pour déverser son aversion des partis de l’alliance qui ont mis à sac le pays.La date bénie du 22 février est une journée où le peuple s’est réveillé de sa léthargie pour faire face avec force à l’injustice et chasser un système qui l’a toujours asservi. Les jeunes dénoncent la politique du favoritisme,du népotisme et du «benaâmisme» qui crève les yeux depuis que ces voleurs ont confisqué les clés de la maison Algérie.«Chouf el hogra, chouf» est une chanson engagée du défunt cheb Azzedine,qui a dénoncé très tôt les abus des autorités locales. L’esprit de ce brave homme sillonne chaque vendredi les rues de la ville de Chlef avec les manifestants qui l’adorent et qui lui ont dédié une belle banderole.Les magouilles dans ce bled sont un secret de polichinelle, tout le monde sait ce qu’il se passe et ce qui se trame dans les coulisses obscures des décideurs qui ont toujours essayé de cacher les malversations avec les investisseurs qui détournent à leur profit des espaces fonciers, qui devraient être normalement protégés ou affectés à des projets d’utilité publique et autres priorités, au lieu d’en faire des habitations et des locaux commerciaux qui étouffent encore plus le milieu urbain.«Klitou l’bled ya serrakine» est un slogan révélateur et accablant, scandéé par des centaines de milliers de poitrines de marcheurs décidés à braver et à mettre un terme à «houkoumet el fessed» ? ce système qui n’a aucun respect des «cahiers de charges» du fonctionnement d’un etat par des gens occultes, spécialisés dans le détournement des biens publics, des terrains, qui bénéficient de financements pour leurs projets et qui rêvent encore et toujours d’accaparer les biens vacants.Dans ce pays soumis à la «hogra», le mépris du peuple à toujours était affiché par les faux-élus. Les cris du peuple n’ont jamais été entendus par les partis de l’Alliance qui ont toujours savouré leurs victoires grâce à la fraude et à l’exclusion de la jeunesse du pays. Ils ont fermé le pays et nous ont enfermés aussi avec pour mieux dilapider nos richesses,loin des regards du peuple et des medias nationaux et internationaux.Si les convoiteurs sont devenus de grands fortunés au fil du temps,c’est grâce au laxisme volontaire qu’ils se sont enrichis sur le dos du peuple avec l’argent public, sans apporter une contrepartie à la société.Derrière chaque grosse fortune se cache un crime, a dit Balzac dans une de ses œuvres. Les malfaiteurs ont profité jusqu'à l’usure du patrimoine foncier et n’ont épargné aucun espace ; ils ont fait leur beurre,sans peur et sans reproche, en se partageant entre eux des projets immenses dans les wilayas. Les affaires et les transactions se sont toujours négociées entre castes et à l’écart de la règle de la transparence, entre des voyous déguisés en parfaits bureaucrates qui ont développé le crime et le pourrissement économique impunément. «Donnant-donnant» est une règle observée dans le «milieu» à la place de «gagnant gagnant
». En d’autres termes, tu fermes les yeux et je te renvoie
l’ascenseur pour ton silence et ta complicité.En marge de toutes ces marches qui vont devenir quotidiennes avec le temps, il y a les réseaux sociaux qui jouent un rôle militant et vigilant prépondérant dans la communication populaire avec des publications étonnantes en images ou en vidéos postées par les internautes pour contrecarrer et mettre à nu les scandales politiques cachés par le pouvoir et ses réseaux. «La lil oûhda 5 el khamsa» (non au cinquième mandat)avec un président malade qui n’a plus ses facultés et qui n’est plus en mesure d’assumer ses pouvoirs politiques. C’est la candidature de trop qui a fait déborder le peuple en colère dans la rue pour rejeter ce régime corrompu.Nous ne voulons pas de reformes politiques comme vous l’insinuez avec de la ruse. «Faqo». Nous voulons votre départ séance tenante et exigeons que vous laissiez les affaires du pays entre les mains du peuple. Le peuple n’a plus envie d’écouter, malgré lui, la langue de bois des «chiyatines». Ni de revoir vos tronches à la télé avec vos guignolades pour amuser le peuple. Nous en avons assez de vos cortèges officiels insignifiants qui n’impressionnent plus personne. Alors,
«barrez-vous !». Ce mouvement populaire est fort par sa mobilisation,et le peuple à toujours dit «barakat» (ça suffit) à Bouteflika et à sa politique qui a ruiné les espoirs de millions d’Algériens.

 

Hamid Dahmani.

 
 
 


27/03/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 361 autres membres