LASNAMIA

Dites -le avec des fleurs.( Le Quotidien d'Oran du 30/10/2018)

 
 
small font medium font large font
Dites-le avec des fleurs

 

par Hamid Dahmani

 
«Dites-le avec des fleurs », est une vieille expression qui nous recommande de laisser toujours le cœur s'exprimer avec les couleurs et les senteurs des fleurs pour faire plaisir à ceux qu'on affectionne. Offrir des fleurs pour exprimer ses sentiments à une personne que l'on estime, est un acte de savoir-vivre. Garnir notre intérieur avec un joli bouquet de fleurs dans un vase, dégage une fraîcheur et une ambiance chaleureuse sous le toit. Les fleurs ça parfume l'air, c'est beau, c'est sain, et ça donne une couleur naturelle à notre cadre de vie. Pour joindre l'utile à l'agréable, même des prénoms féminins sont inspirés des fleurs, comme Warda, Yasmina, Narjess, Zahra... Un pot de fleurs sur la table de la maison ne passe pas inaperçu aux yeux des amoureux de la fleur, ça embellit l'atmosphère avec de belles tonalités et d'exaltantes senteurs qui calment l'esprit et chassent les mauvais esprits. Jadis, le commerce floral était très présent dans les marchés, mais a disparu depuis, du champ commercial du bled, parce qu'on ne veut pas voir fleurir le pays. 

Il faut reconnaître que ce n'est pas à tous les coins de rues qu'il y a un fleuriste dont les étals sont garnis de pots de fleurs pour agrémenter notre paysage mélancolique qui n'est constitué que de murs délabrés, de vitrines désagréables, de chaussées dénivelées et de boutiques repoussantes. C'est consternant, comme si les fleurs de la planète refusaient de pousser dans cette partie du monde, devenue désertique comme la lune. On ne veut pas cultiver les fleurs parce qu'elles parlent dans un langage raisonnable et cultivent la bonne pensée. 

Le commerce des fleurs ne veut pas exploser comme les pizzerias, la téléphonie ou les bureaux de tabacs, dans ce pays qui n'apprécie pas beaucoup la nature verte. L'écologie n'a pas d'avenir au milieu de cette société qui préfère les fleurs synthétiques au détriment des fleurs qui respirent la bonne santé. Pourtant dans notre tradition presque toutes les demeures populaires regorgent de plantes et de fleurs qui agrémentent les cours et les petits espaces des maisonnettes et habitations populaires du pays. Cela dénote de la passion qui est ancrée chez l'Algérien pour les fleurs et les plantes. 

C'est inouï, un véritable mystère avec tout ce mépris pour les fleurs. Pourtant tous les sages sont unanimes pour aimer les fleurs. D'ailleurs les fleurs ont inspiré les chanteurs, les écrivains et les artistes qui les ont sublimées. Le jasmin, le lierre, les roses et les autres plantes vertes font l'éden dans les beaux jardins cultivés sur terre. Il paraît que les gens, dans la rue, ont un complexe émotionnel et rougissent timidement quand ils se trimballent avec un bouquet de fleurs à la main. 

La nature de l'homme est drôle chez nous, pour lui, il est plus raisonnable d'offrir un sachet en plastique noir, rempli de toutes sortes de victuailles, yaourt, pâtisserie, bouteilles de jus… quand il rend visite à un malade alité chez lui ou à l'hôpital, au lieu de lui offrir un bouquet de fleurs plein de senteur et d'expression. Même l'actualité politique nous gave de ridicule dans ces moments risibles, qui poussent certains individus qui ressemblent à des pots-pourris, à couvrir de fleurs inodores des personnes importantes qui font la pluie ou le beau temps dans ce pays, pour s'attirer leurs faveurs. En fin de compte, pour vénérer les fleurs, il faut les planter dans la tête, à la fleur de l'âge pour qu'elles s'enracinent… 


30/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 339 autres membres