LASNAMIA

Un sacré coup de mots- Raina Raikoum-Le Quotidien d'Oran du 14/06/20

 

 

small font medium font large font
Un sacré coup de mots

 

par Hamid Dahmani

 
Parlons un peu chouia des mots d'origine algérienne, introduits et usités, depuis plus d'un siècle déjà, dans le langage écrit et parlé français. Le langage populaire arabe a, lui aussi, été envahi par des mots empruntés à la langue française et déformés dans leur prononciation par les nôtres qui ont mêlé les mots arabes aux mots français.

L'invention extraordinaire des mots est une trouvaille ingénieuse de l'être humain qui a creusé ses méninges pour imaginer les mots justes pour faire fructifier son vocabulaire.

Au bas mot, le mot, « kelma », est un terme qui s'allie avec un autre groupe de mots pour créer des phrases et faire passer des messages dans le langage que nous partageons, à chaque instant de la vie, avec les autres. C'est à partir de quelques mots par-ci, par-là que l'être humain est arrivé à communiquer avec ses semblables et se faire comprendre. Chaque mot a sa propre sonorisation pour désigner une chose ou un objectif. Pour composer une phrase, on a besoin de plusieurs mots afin de s'exprimer clairement, quand on s'adresse à quelqu'un. Quand on souffle des mots, on s'exprime avec nos semblables pour bavarder dans toutes les langues de l'humanité. Pour bien parler, les gens piochent dans leur cervelle pour trouver les justes mots qui font la bonne phrase. Tous les mots usités de la terre ont une origine linguistique territoriale. On sait que pas moins de 600 mots arabes de la langue populaire algérienne ont fait fleurir la langue française au fil du temps. Avec la durée et les mélanges, la langue de Molière a pris un sacré coup de mots au parfum de chez-nous. «Tel est pris celui qui croyait prendre» par la force, dit l'expression judicieuse. Celui qui croyait prendre par les armes a été pris par les mots. Jadis, les Européens qui vivaient ici avec nous, sur ce même sol, qu'ils ont conquis par la force des armes, ont puisé sans mesure dans le dialecte algérien des mots techniques ou stratégiques, qu'ils ont empruntés à notre langue parlée populaire. Un nombre étonnant de mots arabes est entré dans la langue française depuis la conquête du pays. Des mots simples avec une racine arabe annexés depuis dans le dictionnaire pour l'enrichir et lui donner le même ton que le parler de chez-nous. Les colonisateurs ont annexé notre territoire injustement, tout en pillant ses ressources naturelles et en le dépossédant aussi de sa grande richesse culturelle.

Une partie de notre histoire a laissé des traces de notre culture dans la culture française qui a pris un goût mitigé à travers des mots typiquement arabes dans le glossaire français pour l'éternité. Des mots avec une étymologie arabe pour donner un nouveau ton au vocabulaire roumi. A demi-mot, un vocable qui lui donne une connotation purement algérienne. Il faut reconnaître que lorsque les roumis sont venus chez nous, à la recherche de la gloire occidentale, pour occuper le bled, pour soi-disant apporter la «civilisation occidentale» pour ce pays en mal l'émancipation, comme ils le criaient sur tout le territoire, au moment du débarquement, ils ne connaissaient sûrement pas l'expression du «retour à l'envoyeur» ou «l'effet boomerang». Les Français ne s'imaginaient pas qu'au fil du temps, et après 132 ans d'oppression, d'occupation, de pillage, de tueries, d'expropriation, de colonisation absurde, de résistance et de révolution armée que l'Algérie, allait arracher son indépendance au prix de grands sacrifices engagés pour la cause de l'Indépendance.

 

 



12/06/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 383 autres membres