LASNAMIA




EL ASNAM JADIS UNE VILLE VERTE

Il est impératif de songer à la création "d'un puits de carbone" à Chlef. Celui-ci, vise à l'implantation des arbres et arbustes au niveau du centre et la périphérie de Chlef. Cette action permet sûrement à compenser les émissions de carbone, embellir le paysage de la ville et améliorer la biodiversité. Il est nécessaire pour la réussite de ce projet, de faire participer tout les citoyens de Chlef à cette action sociétale, en associant différents acteurs du territoire local ( commune, associations, écoles, scout..) et ce, pour le bien être de tous.

Qui de vous ne se souviennent pas de la foret de Chara,(champs de tir), El gnatar (deux tunnels) les vergers de la cité ruiz ainsi que les beaux jardins d'El Asnam. Au centre ville, le jalonnement des arbres bien taillés été impressionnants et d'une beauté magnifique. Sans parler des arbres de "Balout" qui longeaient les murs de l'ancienne caserne, le bosquet forestier près du Centre Albert Camus (CREPS) et oued tsighaouet..et j'en passe. En un mot EL ASNAM ETAIT VERTE!

Alors qui n'aurait pas la nostalgie de ces bons souvenirs ?

N'attendons pas trop longtemps pour redorer notre belle ville si chère qui faisait la fierté de tous les asnamis. Œuvrant tous hommes et femmes à la conservation d’arbres anciens de la ville et lançant une campagne de plantations d'arbres.

souhaitons-nous belle et longue vie !
ADEL

Ah mon ami! Evoquer ici le pittoresque d' El-asnam à l'époque où la ville était un jardin vert et fleuri a ciel ouvert, embellie par la végétation et la verdure et ses belles allées et trottoirs ombragés par les feuillages des arbres qui nous protégeaient du soleil et de la chaleur écrasante qui était connue à la plaine du Cheliff. Tous ces souvenirs qui faisaient la beauté de
Lesnam avant ce terrible seisme. Font partis maintenant du passé cartes postales de la vie de la ville d'EL-ASNAM. Aujourd'hui on a ce qu'on a, et il faut faire avec contre notre volonté. Le superbe jardin de la cité administrative à rétrécit .ce n'est plus qu'un mini jardin étouffait au milieu d'un vulgaire bâti sans charme. Le jardin de la rue émir AEK (actuellement trésor) a disparu. Emporter par la vague taa el-begnane fissa, fissa ! Le jardin public, le grand repère de la ville, alors là n'on parlons pas. Défiguré, confisqué, abandonné et blessé dans son âme. Parce qu'il faut savoir que la nature respire et vie comme l'être humain et ressent dans sa chaire toutes les atteintes qui peuvent porter préjudice à sa nature.
Les idées et les projets verts ça ne fonctionnent pas avec ces gens à l'esprit desertique qui sont occupés ailleurs à l'ombre des salons climatisés pour décider sur des projets plus" importants" .

aux autorités de chlef :il faut songer a reluquer le jardin publique a l’initial et le débarrasser des constructions anarchiques et la ferraille qui se trouve a l’intérieur et qui n'a rien a voire avec un jardin en principe aucune construction ne doit être a sa périphérie ni ne le juxtapose pour qu'il soit un jardin
digne de ce nom (JARDIN PUBLIQUE).chouhtelou el mendhar taaou ........AAIB ALLIKOU..........

Ce forum est suspendu. Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.

Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres