LASNAMIA

Gâchis !.Le Quotidien d'Oran du 10/07/2017

Le Quotidien d'Oran du 10/07/2017

 

Raïna Raïkoum :

 

Gâchis !

 

par Hamid Dahmani

 

Dans cette vie politique dédaigneuse et injuste, notre gouvernement fait sa politique improductive sur le dos des gouvernés en subventionnant des projets bidons et évalués au pif. Des décisions aux conséquences désastreuses qui mettent en faillite le programme politique mal réfléchi. Du n'importe quoi au profit de ceux qui ne le méritent pas. On décide au nom du peuple, et on jette l'argent par les fenêtres avec des slogans tapageurs sans aucun impact ni résultats probants pour l'économie du pays. On gâche, et on accorde de nouvelles faveurs et on recommence une nouvelle redistribution de nouveaux crédits sans peur ni reproches pour les gaspilleurs. Pour entretenir la paix sociale on piétine les lois et on efface les dettes, on exonère des investisseurs et on distribue des subventions à la légère. «Le bien mal acquis ne profite jamais», dit-on. «T'barrôu be mel ness», sans aucun respect du cahier des charges, ni un accompagnement des bénéficiaires dans leurs projets. Des décisions politiques qui ne font pas l'unanimité chez les honnis. Le peuple et ses représentants sont mis sous tutelle par les protecteurs. Jusqu'à quand va-t-on continuer à assister les filous et les bras-cassés qui dilapident les fonds publics ? L'argent appartient à tout le peuple et c'est injuste d'en faire profiter uniquement une partie du peuple. Les donateurs ne sont pas les justes payeurs. Dans notre précieux terroir il y a un judicieux dicton populaire adapté à la donation qui dit « t'barrâ be rezk ness » (faire une donation avec le bien des autres). Une formule bien connue qui désigne des personnes qui font des offrandes à droite et à gauche en puisant dans l'argent qui ne leur appartient pas légalement, uniquement pour plaire et faire taire les voix discordantes. Certains hommes politiques ne se gênent pas pour se servir du bien d'autrui pour le redistribuer au gré du vent juste pour se faire une image sur le dos des oppressés. C'est vrai que l'acte de donation est un geste noble qui se traduit par l'assistance d'une personne ou d'une collectivité en difficulté financière ou matérielle et qui doit normalement apporter une contrepartie bénéfique à la société. Généralement le geste du bienfaiteur consiste à faire un don gracieux sur ses propres fonds à une tierce personne pour la soutenir face au besoin. Le don ou la subvention doit cibler les véritables entreprenants. Les donateurs sont généreux et partagent avec les plus démunis leur argent. Donner au bon endroit, c'est avoir le cœur sur la main. Hier au début de l'indépendance, on a créé « sandouk tadhamoun » (fonds de solidarité), pour aider l'Etat algérien à remplir les caisses de l'Etat. Le peuple a répondu favorablement et massivement pour donner généreusement, et il a offert toute sa richesse constituée de bijoux et de billets de banque pour alimenter ce fonds national. Argents, boucles d'oreilles, bagues, chaînes, bracelets et autres valeurs en or ont été récoltés pour aider le gouvernement à faire face aux dépenses de la nouvelle République. Cette action de solidarité patriotique de l'époque provenait du fond du cœur des Algériens qui ont donné pour la bonne cause�



10/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 328 autres membres