LASNAMIA

Hommage aux gloires du football par M'hamed Abaci *



 
Hommage aux gloires du football

par M'hamed Abaci *



La Coupe du monde de football - Brésil 2014 revêt un moment historique pour l'Algérie qui a réussi à se qualifier pour la quatrième fois. 

Ce grand rendez-vous planétaire sera l'occasion pour vivre un moment des beaux jours du football algérien en l'honneur des anciennes gloires du football national et des pionniers de la presse sportive qui ont choisi de rester au service du pays au moment crucial des premières années de la révolution et de l'indépendance, et qui ont su changer la donne et s'imposer comme acteurs-clé dans le processus de développement sportif par leur dévouement dans l'histoire de l'Algérie où le sport algérien rentrera dans les manifestations internationales, marquant un pan de l'histoire du football planétaire quand la pratique du football en Algérie se faisait avec le modèle de l'amateurisme où jamais le football n'a été aussi riche quand on sait que leur référence de football est un monument de l'histoire sportive qui servira à toutes les générations de l'Algérie. C'est aussi une histoire de deux générations qui ont fait preuve d'un grand sens de sacrifice, de dignité, de " NIF " et de patriotisme où elles ont consacré une vie, une jeunesse et un sacrifice d'une carrière à l'international pour l'Algérie. 

Il nous semble bon qu'on se souvienne à cette occasion mémorable de ces deux premières générations du football algérien durant les années 1958-1980 afin de rappeler les étapes phares de l'histoire du football national d'une autre époque qui mérite d'être évoqué où l'Algérie a produit beaucoup de stars de parcours exemplaire qui ont consacré leur jeunesse et leur vie au service de la patrie, alors que ces joueurs pouvaient partir à l'étranger pour une carrière sportive meilleure , mais préférant rester fidèles et modestes. La plupart sont malades ou dans le besoin et en voie de disparition dont très peu de personnes en parle aujourd'hui. Parmi eux, certains sont encore en vie et sombrent dans un anonymat des plus regrettables et souffrent de l'ingratitude. Quelques uns sont décédés et n'ont pas eu droit de cité. Ainsi, il est élogieux d'évoquer leurs noms à l'approche de ce grand rendez-vous planétaire pour ceux qui l'ignorent encore. En effet, le sport doit rapprocher les gens et les sociétés des pays de la planète, cela vaut plus qu'un match de football. 

Une question qui revêt toute son importance dans la mesure où le Front de Libération Nationale lança un appel à tous les joueurs algériens évoluant dans le championnat de football français, leur demandant de rejoindre les rangs de la révolution. A la Suite de cet appel, ils quittent leurs clubs français de divisions 1 et 2dans le plus grand secret pour rejoindre Tunis où siégeait le gouvernement provisoire de la république algérienne( GPRA) pour créer une équipe de football d'Algérie sous la direction de Mohamed Boumezrag, l'enfant de chlef, fut désigné par la suite directeur technique et entraineur de l'équipe FLN. C'est dans ces grands moments durs et pénibles que Le football national est né avec la glorieuse équipe du FLN le 13 Avril 1958 riche du passé glorieux du militantisme et sportif face à la colonisation française. Ne dit-on pas que Ferhat Abbas, alors président du gouvernement provisoire(GPRA) disait un jour que l'équipe FLN a fait avancer la révolution algérienne de 10 ans. Aujourd'hui, personne ne pourra ignorer la réussite de l'équipe de la révolution 1954 qui joua 91 Matchs dont 67 victoires, 15 Matchs nuls et 07 défaites. 

En effet, ce que l'on sait dans le bon sens de l'histoire du football algérien , c'est qu'avec eux, l'on se souvient du bon vieux temps et la grande époque, notamment une très belle page de l'histoire du football national riche en performance, à l'exemple de l'équipe de la révolution, de l'équipe post-indépendance et des clubs locaux comme le fleuron du football national à l'instar du MCA, du CRB, de USMA, du NAHD , de la JSK , de l'ESS, du MCO, de l'ASMO, de la JSMT, du MCS, de l'ASO, de l'USMBA, du MOC, de l'USMB, de l' USM Annaba... 

A cette époque nos clubs avaient un niveau mondial lorsqu'on sait qu'ils ont donné corps et âme à la fierté du pays en apposant leur supériorité dans les espaces Maghreb-Arabe et Afrique en remportant plusieurs titres et coupes à l'Algérie. Aussi et surtout, ils ont marqué de leur empreinte la formation à travers leurs propres écoles et la production de grands joueurs de haut niveau dans l'histoire de l'équipe post-indépendance. Citons entres autres : 

Lalmas, Abrouk, Kalem, Nassou , Hadfi, Fréha, Ouanes, Belatoui, El ouazani, Gamouh, Selmi, Mellakssou, Djelly, Aidadou, Bensaouala, Tahar Benfarhat, Frères Banus, Krimo, Maidi, Amirouche, HocineYahi, Assad, Khedis, Seridi, Draoui, Moha, Atoui, Beloumi, Dahleb, Korichi , Zenir, Menad, Drid, Merzkane, Salhi, Fedlaoui, Ouchene, Belkaim, Megharia, Zairi, Bacha, Bachi, Madani, Hamiti, Chaib, Madjer, Betrouni, Boubekeur, Mekhloufi, Amara, Zouba, Kermali, Lemoui, lesfrèresSoukhane, Maouche, Rouai, Bouricha, Bentifour, Kermali, Zitouni, Sahli, Benbouali, Oudjani, Mazouz, Kerroum, Benfafadha, Bouchouk, Oualikan, Brahimi, Bouchach, Doudou, Bekhloufi, Defnoun, Hedhoud, Bourtal, Chabri, Haddad, Benouna, Boumezrag, Oudjani, Arab, Maloufi, Kouici, Djamel Amani , Keddou, Saib et la liste est longue… 

On se souvient aussi du mérite des pionniers de la presse sportive de la radio et de la presse écrite par la qualité très notable de leurs commentaires qui donnaient la chaire de poule et faisait vibrer les stades où leur amour du pays a constitué le second souffle du mouvement sportif dans la mesure ils ont concouru par leur tâche à promouvoir le sport en Algérie à l'image de Hachémite hanta, Abderrazek zouaoui, Merzougui, si Salah, Daas rabie, Abdellah benyekhlaf, Hamid Grine, Yazid ouahib, Leila boutaleb, Chérif zerouala Makhlouf boukhazar, Farouk Belagha, Messaoud Ladraa, Benyoucef Oudia , Djamel Boukercha, Maamar Djebbour, Bendali, Hafidh Derradji, Fayçal Hafaf… Leurs noms resteront à jamais célèbres et collés à l'histoire du sport national où ils ont porté l'Algérie haut et au cœur par leurs talents et sont restés fidèles, modestes et intègres à ce jour bien qu'ils soient affectés par l'oubli. 

Ce que l'on sait aussi dans la logique et le bon sens de l'histoire de nos clubs sportifs, c'est qu'ils ont de tout temps compté parmi l'élite nationale et reconnus comme des plus prestigieux et marquant de l'histoire du football national et continental où il ont donné corps et âme à la fierté du pays en rapportant beaucoup de titres et coupes à l'Algérie et marqué durablement l'esprit de tous les Algériens, Maghrébin et Africain à l'instar des grands clubs étrangers notamment ont été parmi les meilleurs clubs d'Afrique et du monde arabe et ont constitué un véritable pôle d'excellence de l'équipe nationale qui s'est qualifiée en 1968 aux jeux olympiques de Mexico , deux fois consécutives à la coupe du monde 1982 et 1986 quand l'Afrique n'avait que droit à deux représentants et 2010, et a remporté une fois la coupe d'Afrique, elle a obtenu deux médailles d'or, l'une aux jeux méditerranéens en 1975, l'autre aux jeux africains en 1978, et a été plusieurs fois qualifiée à la phase finale de la CAN, classée 3 en 1984, 1988 et 4 en 1982. Et enfin, elle a obtenu plusieurs distinctions à l'échelle internationale. 

Ce sont les fruits d'un dur travail de performance et de formation de haut niveau mené successivementparMekhloufi, Zouba, Soukhane, Maouche, Saadane, Khalef, Kermali, Lemoui, Tikanouine, Rogov, K.Feiroud, Khabatou, Ibrir…qui ont contribué grandement à l'essor du football algérien et au développement des valeurs éthiques et morales sportives. Ils ont travaillé réellement avec les joueurs locaux , en encadrant et en formant les jeunes pour une meilleure assise à l'équipe nationale, et pour preuve, ils ont joué un rôle prépondérant dans la qualification de l'Algérie deux fois consécutives de son histoire au mondial en 1982 et 1986 avec des joueurs en majorité des locaux avec peu de moyens et d'avantages pécuniaires ou autres comparativement à aujourd'hui. Qu'en est-il aujourd'hui ? A notre humble avis, on est déçu par le niveau de performance qui a beaucoup régressé dans nos clubs et devant le manque accru de joueurs locaux dans l'équipe nationale, et ce, malgré la clémence des pouvoirs publics. 

Alors que joueurs locaux demeurent bien gâtés par des subventions publiques et des sponsors, notamment ces milliards de dinars qu'ils brassent saison après saison, en plus d'importants investissements publics qui ont été consentis dans le domaine sportif, les joueurs sont dans l'incapacité de faire un travail de performance et de loin de fonctionner avec une politique de gestion efficiente que nos clubs doivent mener , et qui font la force de l'équipe nationale à travers toute cette manne financière pour réaliser de bonnes performances sportives et d'une gestion performante et transparente. Car un club professionnel est celui qui saura investir dans la formation, créer et développer l'économie, produire de grands joueurs pour l'équipe nationale et le transfert de joueurs à l'international. Alors que de nos jours, qu'il y ait des résultats ou pas, on essaye pour chaque saison sportive d'obtenir davantage d'argent, d'appartements, de voitures luxueuses, prises en charge (voyages, soins spécialisés…) cadeaux de valeurs etc. 

C'est bien une triste réalité, alors qu'autrefois, tous les grands joueurs et athlètes de performance pensaient seulement au développement de l'intérêt du sport, aux couleurs du club, la ville, et enfin, à l'intérêt suprême du pays où ils étaient un élément-clé de l'équipe nationale pour se hisser au niveau de l'élite mondiale notamment, avec deux qualifications consécutives au mondial, une sélection africaine, continentale et marqué durablement l'esprit de tous les Algériens, Maghrébin et Africain à l'instar des grands clubs étrangers. Et depuis lors, on n'a pas pu espérer pour autant produire de grands joueurs au moment où notre équipe nationale est composée dans sa majorité de joueurs évoluant à l'étranger. 

C'est là, une question stratégique sur laquelle les instances nationales sportives doivent inscrire à l'ordre du jour de l'ensemble des structures et des acteurs des secteurs de la jeunesse et des sports, tant elle se veut aborder un sujet de société hautement sensible pour la paix et la stabilité dans la vie de la société. 

Espérons que cette modeste contribution reste largement ouverte et permettre de mieux connaitre une mémoire et une histoire dans la vie d'une nation qui se veut une marque de reconnaissance à l'endroit des hommes du monde de la culture, du sport, de la presse, de l'économie ou de la politique qui ont dignement servi l'Algérie par leurs talents et sont restés fidèles , modestes et intègres. Il nous semble donc qu'il est temps de passer à l'action pour instaurer les valeurs humaines, facteur premier de la richesse d'un pays. C'est là, un grand débat sur les ressources humaines en Algérie dont jamais le bilan n'a été établi, soit sérieusement pris en considération, car l'homme est le meilleur investissement pour construire le pays et préserver l'avenir d'une nation. Sinon que vaut la valeur humaine en Algérie à l'instar des nations développées ? 

* Financier et auteur de deux ouvrages : «Comptabilité des sociétés et gouvernance des entreprises». 


09/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 364 autres membres