LASNAMIA

L'ARTISTE ET LE MULET



Vox populi : L'artiste et le mulet

Un riche collectionneur, sentant sa mort proche rassembla toute sa richesse de timbres poste, l'équivalent d'un trésor identitaire qui se constituait d'enveloppes illustrées et de timbres de toutes les époques qu'a connues l'Algérie avant et après l'indépendance, oblitérés et non oblitérés, les timbres dans toutes les formes et caractéristiques existants, timbres circulaires, timbres triangulaires, les surchargés, les non dentelés et toutes sortes de documents philatéliques pour enrichir des panneaux d'exposition.
Aussitôt dit aussitôt fait. Il prit tout son barda philatélique, classeur, album photos et il est parti à la rencontre de ses bienfaiteurs de la fonction culturelle qui l'attendaient dans ces lieux qui symbolisent l'imagination, l'intelligence et l'intellectualité, au tournant d'un couloir des pas perdus et des bureaux somnolents, fief de l'endormissement et des fins cajoleurs réunis pour la circonstance de la carence et de l'inertie dans ce contenant de la culture de l'esprit. Voilà qu'il leur dit : c'est une bonne occasion que de vous rencontrer tous ensemble et puisque vous êtes tous réunis ici dans ce bureau agréablement climatisé, je viens solliciter de votre part la gentillesse et la faveur de votre grande et large sérénité le responsable de l'inculture de bien vouloir m'inscrire sur votre liste artistique des artistes postulants à participer à vos prochaines manifestations. Ensuite dans la foulée, il a voulu leur mettre plein la tête et les yeux avec ses histoires philatéliques. Et il a sorti tout ce qu'il avait emmagasiné dans sa cervelle comme histoires du timbre poste dans le monde et spécialement en Algérie avec toutes ses références et son expérience dans ce hobby ; ils étaient là et ils semblaient fatigués à l'écouter débiter des âneries, devaient-ils se dire tous, surtout le petit trapu en face de lui (ekssir ou emdehdeh) avec une mine patibulaire qui ne mériterait pas d'être «timbrifiée» et qui n'inspirait pas le sentier de la culture. Et à lire son rictus, il devait se dire dans sa tronche que cet artiste devait être un débile sûrement et complètement timbré à force de rôder régulièrement du côté de la poste à la recherche de ces petites vignettes. Il devait se poser la question et se dire : comment un grand garçon comme lui continue-t-il à cet âge avancé à jouer à rassembler des timbres poste pour le plaisir de voir des images alignées sans raison valable dans un album, sans plus ? Alors l'artiste c'est dit bof, il faut ignorer ces préjugés et essayons de convaincre cette «djemaâ» à de meilleurs sentiments et peut-être qu'ils ne sont pas aussi mauvais que ça ? Et que ce sont de bons partisans des activités culturelles toutes confondues à voir leurs faces d'ange. Vous savez, leur a-t-il dit, quand j'étais petit, je me rappelle que ma mère me disait toujours qu'il faut partager avec les autres (mes frères et sœurs) tout ce que l'on a et qu'il ne faut pas cacher les bonnes choses pour les garder ou manger tout seul, autrement «edessa» (plaque dermique) vous paraîtra sur le visage pour vous punir. Tout cela pour vous dire et vous éclairer, chers Messieurs sur la pratique de la philatélie, qui demeure un loisir et une passion éducative au même titre que les autres activités culturelles. Ainsi après avoir dit toutes ces belles choses sur la philatélie et sa promotion, avec à l'appui des photos, des documents et des coupures de journaux, et citer des blogs dédiés à la philatélie, il attendait la réaction de ces «spécialistes» de la culture. Il faut faire une demande écrite avec tous vos états de services qu'il lui dit le zigoto, qui jouait le chef du jury auquel il était confronté, et attendre la décision de la commission, la seule habilitée à se prononcer à ce sujet. Mais Messieurs, vous connaissez déjà mon travail et je suis connu localement dans cette activité que j'ai toujours remplie convenablement à travers toutes mes expositions que ce soit à la poste, au centre culturel ou à la bibliothèque de la wilaya, et j'ai même participé avec vous à l'échange culturel entre Chlef et Constantine, et j'ai toujours donné pleine satisfaction. Vous savez cela fait plus de dix sorties que vous organisez et c'est toujours les mêmes personnes qui sont invitées et qui font partie du voyage sans formuler de demande écrite. Et vous conviendrez avec moi que ce que vous faites est injuste car comment se fait-il que vous choisissez trois artistes peintres pour le même voyage et que vous refusez un philatéliste ? En face de lui, la personne à qui il s'adressait semblait plus intéressée par son téléphone portable qu'au débat. Alors il s'est dit peut-être qu'il était temps de partir et de continuer à vivre et à aimer ses timbres en cachette comme il l'a toujours fait depuis quarante ans…
Hamid Dahmani




Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/02/09/article.php?sid=95446&cid=34



 



30/09/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 361 autres membres