LASNAMIA

La boite fermée-Le Quotidien d'Oran du 29/04/2018

small font medium font large font
La boîte fermée
 

par Hamid Dahmani

 

Dans le parler populaire algérien, il existe un nom marrant pour désigner l'analphabète, le cave, le médiocre et tout le convoi des insuffisants qui voient trop grand et qui cherchent à se distinguer au milieu de la société. En effet, c'est avec un drôle de sobriquet qu'on qualifie ces incompétents qui se la jouent trop et qui font figure de doués et d'intelligents, alors qu'en réalité, ce n'est que de la viande avariée emballée dans de beaux vêtements snobs seulement. Quand on parle de ces nuls en aparté, on dit d'eux que ce n'est qu'une boîte fermée «koti m'bellâ», une façon de discréditer ironiquement les parvenus qui s'amusent à jouer au grand monsieur et qui veulent se faire un nom et se donner une autre image qui ne leur est pas naturelle, tout simplement parce qu'ils n'ont pas de culture. 

Ces «boîtes fermées» ne sont pas très impressionnantes, elles sont vides, et dedans c'est comme dans une cave humide. Malgré leurs faibles niveaux d'instruction, ils se sont emparés et imposés à des postes de responsabilités, politiques, syndicales et administratives sans avoir les qualités requises pour aspirer à de telles fonctions supérieures. Dans ce douar où les lumières ne brillent pas et qui s'enfonce de jour en jour dans l'insuffisance et où la compétence est ignorée et grâce à la médiocrité qui s'épanouît, ces «boîtes sottes» sont étonnantes. Elles sont parvenues avec des capacités dérisoires à s'imposer comme une élite incontournable pour être partout et entre eux pour dominer les secteurs clés là où il y a à boire et à manger. Des moins que rien qui n'ont rien à signaler sur leurs CV et grâce à des sentiments d'affinité, copinage, recommandations, corruption, ils arrivent à soudoyer et faire intervenir leurs protecteurs pour les favoriser dans leurs actions illégales. La soumission est une qualité recherchée par les décideurs pour faire manœuvrer les rouages archaïques du système. Les «boîtes» de ce genre, il y en a beaucoup en vente dans les épiceries, les grandes surfaces et même dans les services de l'administration publique qui a vu ses effectifs de boîtes fleurir ces dernières décennies, tellement la production s'est multipliée avec ce genre de «boîtes» sans conserves bon marché. La «boîte fermée» n'est pas un objet intelligent, mais ce n'est qu'un vulgaire pot sourd qui agit et réagit fidèlement avec une langue de bois pour répondre uniquement par oui-oui et se plier aux ordres de son maître. Et c'est juste avec un peu de progrès dans la récitation et quelques expressions apprises par cœur comme un perroquet qui sont devenus au fil du temps des slogans politiques pour témoigner la soumission, qu'ils arrivent à rouler les crédules et tous ceux qui les écoutent. Ce genre de «kouti m'bellâ», on le retrouve souvent jeté par terre sur notre chemin, ils sont abandonnés un peu partout et n'importe où, dans des endroits ou on dépose généralement les ordures. Il faut l'avouer que ce n'est pas du tout émouvant quand on se retrouve en face de cette boîte sur un même trottoir, et on ne peut pas s'empêcher de donner un coup de pied comme sur un ballon pour le renvoyer à son propriétaire… 


29/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 339 autres membres