LASNAMIA

La corde du pendu-Le Quotidien d'Oran du 13/05/2020

Raïna Raïkoum : 

 

La corde du pendu

 

par Hamid Dahmani

 

Quoiqu'on dise ou quoiqu'on fasse, il y aura toujours des personnes qui feront des impairs dans ce bas monde plein d'étourdis. Toutes les personnes ne sont pas parfaites lorsqu'elles communiquent entre-elles sur des sujets quels qu'ils soient. Elles ne mesurent pas la portée de leurs mots, au risque de blesser leurs interlocuteurs. Le manque de tact des uns et la maladresse des autres touchent souvent les sensibilités. Il y a une expression qui rappelle à l'ordre ces auteurs d'impairs et qui dit: «Il faut éviter de parler de corde dans la maison d'un pendu». Une expression qui signifie, qu'il ne faut pas évoquer le défaut des autres, ou de rappeler un souvenir pénible devant une personne, qui pourrait réveiller chez elle des sentiments douloureux. Le deuil, par exemple, est pénible. C'est un moment, éprouvant pour quelqu'un qui vient de subir une dure épreuve. «May hess bel djamra ghi likwatou.» (Ne ressentira la douleur de la braise que celui qui en a été brûlé). Aussi, quand on discute avec une personne endeuillée, qui vient de perdre un être cher et qu'on pleure encore, il est préférable de garder le silence. Il n'est pas très convenable pour quelqu'un de poser des questions indélicates sur un disparu pour connaître les raisons et autres circonstances de sa mort. Lorsque des gens sont désespérés et touchés par l'adversité, il y a cette sage expression qui vise le compatissant trop bavard qui n'a pas le sens de la retenue, face au supplice enduré par autrui. Un autre adage dit aussi, qu'avant de parler, « il faut toujours tourner sept fois sa langue dans sa bouche ». Pour cela, il faut mesurer ses mots et garder le profil bas, quand on est en face de la douleur des gens. Savoir compatir à la souffrance, c'est aider quelqu'un qui est touché dans sa chair et le soutenir dans cette douleur. Lorsqu'on est en face des gens confinés dans la tristesse il faut savoir les réconforter. Les gens sans esprit qui n'ont aucune expérience dans les moments de souffrances, ne se comportent pas convenablement lorsqu'ils sont confrontés à des situations pénibles où des gens sont affligés par la mort d'un proche. Les curieux posent toujours des questions et lancent des jugements embarrassants qui font réveiller de pénibles souvenirs, alors que les larmes ne sont pas encore sèches. Les indiscrets causent et remuent souvent sur des sujets qui rappellent des souvenirs insupportables pour les gens, avec qui ont converse. Aussi, parler de corde, devant quelqu'un qui vient de perdre un être cher dans la même circonstance, est une grosse bourde. Raconter le récit d'une noyade, devant des parents qui ont perdu un enfant dans le même cas, c'est raviver la mémoire des endeuillés. Les gens sont imprévisibles quand ils s'expriment sans façon. Ils questionnent et s'interrogent d'une manière désobligeante.




13/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 383 autres membres