LASNAMIA

LA GARE D'EL-ASNAM

    

La Gare d’El-Asnam


En voiture ! Le train va partir

La venue du train avec  sa voie ferrée et ses stations dans la plaine du Chélif est surement l’attraction vivante la plus étonnante de l’époque de la modernité qui a été introduite dans le pays au siècle passé. Evoquer la gare d’El Asnam c’est parler de la mutation de la ville d’Orleansville et des autres lieux de ce grand département connu sous le numéro minéralogique le 9h.  C’est vers les années1870 que le désenclavement de la région c’est fait avec l’ouverture et la concrétisation de la ligne de chemin de fer et de son train à Orléansville.

Le passage du rail à Orleansville à cette époque, était le premier pas du pays dans l’histoire de la modernité de la région de la plaine du Cheliff et le commencement du rapprochement entre les lointaines contrées des autres régions du pays qui étaient isolées et fermées au monde.

Avec la ligne Alger –Oran qui traversait le département d’orleansville d’Est en Ouest, le train était une providence avec ses biens faits pour la population et pour le transport des marchandises de la population. Avec l’arrivée du progrès ferroviaire dans le nouveau moyen de locomotion,  c’était fini le calvaire du transport précaire en diligence ou avec les chevaux pour les voyageurs.

L’arrivée de la locomotive ici El Asnam, a approximativement plus d’un siècle et demi.   Le convoi du train à vapeur et ses wagons étaient sûrement une grande attraction pour les autochtones qui étaient éblouis de découvrir pour la première fois cette machine à vapeur qui roulait sur des rails au milieu des reliefs et des paysages. 

Aussi pour permettre  à la<< machina>> de circulée ici et partout en Algérie et de conquérir les lieux les plus reculés pour implanter définitivement sa voie ferrée, que d’ouvrages d’arts, ponts , tunnels et gares, ont étés  bâtis tout le long de la ligne pour son passage et son arrêt dans les villes et les villages.

En 1923 la ligne Orleansville –Ténès était inaugurée et desservait les gares de Warnier Heumis, Montenotte et le vieux Ténès sur son trajet, mais pour quelques temps seulement à cause des grandes inondations et de la crue d’oued Wahran de 1927 qui a dégradée son parcours.

Depuis ce temps là, le train s’est beaucoup transformé et a évolué dans sa conception.  La  vieille machine a vapeur et vite oubliée  et rapidement remplacée par de nouvelles mécaniques à combustion, remplaçant ainsi les tortillards du passé.

L’inox est là ! De nouvelles gares plus modernes sont construites après le terrible tremblement de terre qui avait détruit une grande partie du patrimoine ferroviaire et faire place à un meilleur service du train dans le  confort et le transport du voyageur.

Avec le rapide, c’est l’ère du renouveau du transport par le CFA dans le pays.

Deux lignes de chemins de fer étaient ouvertes à cette époque ici à Orleansville, la ligne Ager-Orleansville-Oran et Orleanville –Tenes.

Deux gares existaient également à cette époque à la même adresse et desservaient les destinations citées plus haut.

 Et que de chemin fait à ce jour depuis le temps de la mise en circulation de cette merveille du transport collectif.  Le train est toujours là.  Pour notre bonheur et pour nos voyages.  Certes il a changé d’époque ! Il a rajeuni ! Et il est plus rapide,  et il siffle toujours pour nous avertir de sa rentrée en gare.

                                          

ADEL

 



21/08/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 362 autres membres