LASNAMIA

Naâs de Chlef?

Naâs de Chlef

 

 

Par Youcef l'Asnami

 

On l’appelait Naâss ! C’était notre voisin à la Cité Arroudj à Chlef. Naâss travaillait comme ouvreur dans une salle de ciné, mais c’était aussi un des plus grands coureurs cyclistes de Chlef. Homme très apprécié, il communiquait peu et avait toujours l’air d’être contrarié par je ne sais quoi.
Pour arrondir ses fins de mois, Naâss organisait chez lui – une petite maison en préfabriqué- des séances de cinéma qu’il facturait 20 centimes la place, mais il fallait ramener son tabouret, sinon on était obligé de voir le film assis à même le sol. 
Un soir de ramadhan, Naâss a programmé chez lui, après que ses enfants et sa femme soient couchés, un film muet de Laurel et Hardy. La « séance » était au complet. On était une dizaine. Naâss a insisté de ne pas faire de bruit, pour ne pas réveiller la famille, sous peine d’être exclu de la « salle » qui était en fait son salon. Le film était projeté sur un bout de drap blanc, non repassé et plein de plis. Mais on était si heureux. 
Naâss lançat le film dans un silence de mort. On entendait juste le bruit du projecteur dans le noir le plus complet. Mais le film a été projeté à l’envers. Nous avions pensé que c’était normal pour un début mais que vite on va retrouver des images à l’endroit. Pendant les trois ou 4 premières minutes, on avait tous retourné nos têtes pour voir le film à l’endroit, jusqu’à avoir un torticolis. Au bout de 5 mn, on a fini par comprendre que ce n’est pas normal que tout le film soit à l’envers et on a commencé à protester, mais juste en chuchotant pour ne pas réveiller les enfants. Naâss a voulu nous faire croire que c’est normal que le film soit à l’envers, mais personne ne la cru. Le ton a commencé à monter et Naâss a décidé d’arrêter le film et nous mettre tous dehors. Sans être remboursés. 20 centimes ya Bou galb ! La honte ! On a créé un petit comité – une sorte de mini CRUA- pour négocier avec Naâss soit le remboursement, soit le film à l’endroit quitte à revenir le lendemain. La négociation avec Naâss a lamentablement échoué. Il nous a dit que s’il organise ces séances de ciné c’est plus pour nous faire plaisir que pour un besoin d’argent. On la alors menacé que s’il ne nous rembourse pas, on allait « jeter des cailloux » - Enkaissou eddar- sur sa maison. 
Prenant notre menace au sérieux, Naâss nous proposa alors de revenir le lendemain pour une nouvelle projection du film à l’endroit. Et nous sommes revenus le lendemain voir le film à l’endroit ! C’était, de mémoire, la « dernière séance » chez lui !

PS. cette vidéo en hommage pour Naâs de CHLEF
https://www.youtube.com/watch?v=6JO6lOzvLAI



16/03/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 361 autres membres