LASNAMIA

Chroniques par Youcef l'Asnami

 

De la légitimité révolutionnaire à la légitimité « émotionnelle » !  par Youcef l’Asnami

 

« Pour la paix et la stabilité de notre pays. » ! C’est le principal argument de campagne des tenants du statu quo dans notre pays. Une nouvelle légitimité pour le pouvoir en place ! Il fallait remplacer la légitimité révolutionnaire longtemps mise en avant pour justifier l’accaparation du pouvoir par la génération de ceux qui ont contribué à la « libération » du pays.

Moi ou le chaos ! Quitte à laisser d’ex dirigeants du FIS dissous à réactiver leurs réseaux informels et renouer avec une propagande qui a fait son temps. Le « Ikhaoufou Fina » de l’autre bord ! A coup de vidéos, de discours, de slogans creux…. Tout a été mis en avant pour « faire peur » à une population traumatisée par la décennie noire, conséquence pourtant de l’incurie de ce même pouvoir.

Le pouvoir profite ainsi des puissants moyens  de communication dont il dispose pour instrumentaliser cette cruelle période de notre histoire. Mais aussi de l’extraordinaire pauvreté des discours de notre « opposition » dont on n’a retenu, pendant cette campagne, que les clash avec une journaliste, ou les menaces d’un Benflis à bout d’argumentation, et qui lui aussi, a essayé de surfer sur la peur. Ne pas croire à l’actuel occupant d’El Mouradia et croire en son rival, issu du même sérail est aussi une ineptie incompréhensible. Comme si le peuple algérien, désarçonné, cherchait quand même une issue.  L’émotion est donc devenue un argument de campagne puisque, pour le reste, le pouvoir a fini par comprendre que les gens ne sont pas dupes et que le bilan économique, social et culturel est loin d’être en sa faveur.

Mais dans les deux situations, il y a tromperie et détournement. Parce que, aussi  bien dans la guerre de libération nationale que pendant la décennie noire, c’est le peuple et le peuple seul qui a payé le lourd tribu. Deux victoires usurpées sans scrupules par les caciques du régime en place. Mais « On peut tromper une personne mille fois. On peut tromper mille personne une fois. Mais on ne peut pas tromper mille personnes, mille fois.  ». Nous y sommes !

 

Lettre ouverte au Président de la République !  par Youcef l’Asnami

 

Monsieur le Président

 

La campagne électorale s’est achevée et demain une partie du « peuple », sensible à votre principal argument de candidat à la magistrature suprême  « Paix et stabilité en Algérie », ira peut être voter. Par dépit. Par peur. Par lassitude. Nous avons assisté à une des campagnes les plus médiocres qu’a connue l’Algérie. Vous êtes restés sourds aux appels de beaucoup d’Algériens qui, avec « émotion », vous ont demandé de vous reposer et de donner une chance à l’alternance du pouvoir. Certains reconnaissent en vous le Moudjahid, le compagnon de Boumediene, celui qui a fait sortir l’Algérie des années de plomb. D’autres mettent en avant votre bilan économique, social, financier et culturel, négatif dans de nombreux domaines. L’Algérie a pourtant les moyens permis par NOTRE rente énergétique. Ceux que vous avez délégué pour mener la campagne en votre nom ont failli à leur mission. Malgré les moyens extraordinaires dont ils disposaient, ils n’ont pas réussi à convaincre. La pauvreté de leur argumentation quant à vous faire encore confiance pour un 4eme mandat est manifeste. M. Sellal, comme les autres représentants ont sillonné le pays avec des dizaines de promesses orales qui ne figurent même pas dans votre programme. Promettre ! Promettre, et quand les gens n’y croient pas ou plus, faire peur. On a essayé de faire peur au peuple en lui promettant le chaos de certains pays arabes en cas de défaite de votre candidature.

Profitant d’une opposition assommée et silencieuse,  vos représentants vous ont desservi plus que servis.  Vos interventions ponctuelles à la télé avec des images surréalistes et ces échanges verbaux avec vos interlocuteurs, que vous avez manifestement souhaité publics, ont laissé « sans voix » plus d’un ! Ces images ont été plus commentées par la presse nationale et étrangère que tout le reste ! Le  reste n’a pas eu d’échos parce que les vrais problèmes de l’Algérien ont été ignorés tout simplement. C’est vous dire, Monsieur le Président, la situation ubuesque dans laquelle se retrouve notre  pays.

Je pense que vous auriez été grandi en quittant le pouvoir après quinze d’années où on aurait pu peut être mieux faire dans quasiment tous les domaines. Affaibli par votre maladie à laquelle beaucoup de nos concitoyens ont été sensibles, vous avez préféré vous maintenir sans que l’on sache si cela est de votre propre volonté ou celle de vos proches. Puisque le « peuple » a vainement attendu une intervention de votre part qui n’est jamais venue, autrement que par des messages lus dans nos médias. Vous maintenir avec ce principal  argument « Paix et stabilité en Algérie » qui aura peut-être réussi à convaincre.

Sauf que cette « Paix et stabilité en Algérie » a été le fruit de sacrifice de tout un peuple pendant la décennie noire ! Il faut le rappeler pour l’Histoire Monsieur le Président.

En vous souhaitant un prompt rétablissement !

Bien sincèrement

 

Séquelles de l’AVC et du… reste !  par Youcef l’Asnami

 

 

Ca y est ! Les lampions se sont éteints sur cette présidentielle ! Sar ma sar ya Bou Galb! L’argument de la « garantie d’une stabilité » a fonctionné. Relayé par celui de la menace et de la peur.  Il n’ y a pas que l’AVC qui laisse des séquelles. Il y a aussi le traumatisme de tout un peuple.

 

Avant même la proclamation des résultats officiels, le principal rival de Bouteflika annonce une fraude « massive et généralisée », quand Louisa Hanoune reconnaît sa défaite et accepte le « choix du peuple ». Les autres partis ? Assommés. Ils réagiront balak une fois relevés de leur KO. On en est là ! L’Algérien se réveille ce vendredi matin, presque libéré de cette campagne électorale qui en a éreinté plus d’un ! Dimanche matin, les profs retrouveront leurs élèves, les pères de famille leur panier, les sans-logements leurs dossiers, les justiciables leurs avocats, les banques leurs clients, les voyageurs leurs arrêts… Peut-être même que l’Euro, dont le cours s’est envolé jusqu’à atteindre une valeur indécente, retrouvera son cours « normal » au Square Port Said.

Et maintenant ? Que va t-on devenir ? Que va faire le nouveau gouvernement avec toutes ces promesses faites dans toutes les wilayas par les représentants du Président sortant-entrant ? Personne n’est capable de faire le moindre pronostic. Et personne n’a noté toutes ces promesses faites aux citoyens. Faut-il espérer après 15 années de navigation à vue et de gaspillage honteux des deniers de l’Etat ? Nous retrouverons certainement les mêmes têtes au plus haut sommet de l’Etat. Les mêmes têtes et les mêmes discours creux. La vie continuera, « comme avant ».  Chez nous le changement c’est la continuité.  L’Algérien retrouvera son humour et sa dérision légendaires. Ceux qui lui ont permis de résister de façon pacifique à  toutes les épreuves qu’il a endurées. Et déjà, pour certains, il faut penser à consommer très vite les denrées alimentaires stockées, pendant la campagne électorale, en prévision des « troubles » annoncées par certains. Consommer vite avant qu’elles ne soient périmées. Et garder le moral et l’espoir qu’un jour viendra… en écoutant Chab Ferrat !

 

 

 

 

Lettre ouverte aux « gouverneurs » de l’Algérie !  par Youcef l’Asnami

 

Messieurs,

 

J’allais écrire Mesdames, Messieurs mais je doute qu’il y ait une femme parmi vous. Alors je me contente de vous interpeller en tant qu’hommes de l’ombre. Mais qui êtes vous au juste ? Des généraux ? Des conseillers ? Des ministres ? Des anonymes technocrates ? Je vous reconnais une seule prouesse mais de taille : le fait que l’Algérie puisse encore « fonctionner » sans Président, sans gouvernement, sans parlement digne de nom, sans ministres, sans Walis, sans présidents d’APC ! L’Algérie fonctionne grâce à vous.

Grâce à vous, la rente énergétique est utilisée à bon escient. Le peuple est nourri de produits majoritairement importés. Les étals des magasins regorgent de gadgets chinois, syriens, turcs, et parfois italiens. . Les salles de classe sont bien remplies. Les programmes scolaires sont régulièrement mis à jour. L’Université continue de produire des cadres à profusion. Les chercheurs continuent de chercher et parfois de trouver. Les femmes sortent le soir. La presse est libre. Les réseaux sociaux font fureur. On peut bloquer librement qui on veut sur facebook, twitter et même youtube. Les manifs dans les rues sont tolérées et même encadrées. Les juges jugent. Les avocats défendent. Les écoles de permis de conduire remplissent. Les médecins soignent. Les chirurgiens dentistes économisent sur les produits anesthésiants.  Nos ambassades délivrent les passeports bio métriques et des attestations de tout genre en un temps record.  Bref..  Tout baigne… Wel Hamdou Li Allah ! El Hamdou Li Allah ou Ileikoum.. Vous avez réussi une  Mou3djiza : faire fonctionner un pays sans que l’on sache qui est derrière ce fonctionnement. Sellal a joué le rôle de Premier ministre presque sans faute. Les conseillers « spéciaux » du Président de la République aussi. Même nos ministres se sont prêtés à ce jeu puisqu’on les voit à la télé inaugurer des tronçons d’autoroutes, des cités dortoirs, des mosquées et parfois des hôpitaux. Rarement des centres culturels, des cinémas ou des piscines. C’est vrai. On ne peut pas tout faire…

Je suis sûr que les « analyses » que vous lisez ça et là sur la « réalité du pouvoir en Algérie » vous font sourire. Surtout si ces analyses viennent de journaux  étrangers considérés comme sérieux. 
Mais alors, Messieurs les « gouverneurs », puisque grâce à vous et l’extraordinaire efficacité dont vous faites preuve pour diriger le pays en « pilotage automatique », pourquoi ne pas breveter cette prouesse historico-économico-socio-technique ? C’est une des « constantes nationales » que l’on peut vendre à l’étranger. Cela  augmentera la part des exportations nationales hors pétrole et gaz, et diminuera d’autant notre dépendance de cette tare tombée du ciel !  Profitant de cette liberté que vous avez bien voulu nous « donner », j’ai un autre vœu à formuler : faire renter une femme dans votre cercle fermé. Mais pas Khalida SVP. Elle se prend vraiment pour une ministre. Peut-être que l’on saura un peu plus sur les techniques du « pilotage automatique ».

 

Sincèrement

 

Youcef  L’Asnami

 

PS.  Lors de son dernier meeting à CHLEF, M. SELLAL aurait déclaré  “Il faut laisser les jeunes vivre. Après la sécurité et la stabilité, le prochain mandat de Bouteflika apportera le bonheur aux Algériens” . Le 4eme mandat sera donc celui du bonheur ! Il était temps !!!

 

 



18/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 362 autres membres