LASNAMIA

La rue de La république. (Le Chelif le 02/3/2016)

La rue de La république.

 

Une dispute banale et un coup d’éventail au palais du dey d’Alger, en 1827, dégénère en un envahissement colonial qui a durée 132 longues années d’hégémonie fran-çaise… Et de résistance algérienne…

Ce seront 2804 jours d’une révolution armée unique menée par un peuple opprimé, déclenchée le 1er novembre 1954, sous le commandement du FLN et de sa branche armée l’ALN pour arracher la liberté confisquée, qui a duré sept années et demie. Ce fut une période de feu, de douleurs inoubliables et de souffrances imposées au peuple algérien qui a affronté l’ennemi avec détermination en sacrifiant un million et demi de ses meilleurs enfants pour recouvrer son indépendance et proclamer la République Algérienne. Brutalités, emprisonnements, déportations, liquidations physiques et génocides, l’Algérie a payé le prix fort pour retrouver sa souveraineté après 132 ans d’oppression et d’injustice. Aujourd’hui, notre pays est une république souveraine avec son emblème hissé sur les frontons de toutes les institutions. La page est tournée.

L’Algérie n’est plus une colonie française. Mais les séquelles demeurent toujours vivaces.

Aujourd’hui, une rue rend hommage à la République Algérienne dans le centre ville de Chlef, celle-ci se situe exactement entre la «Rue du chahid Dahnane» et la «Rue de la Résistance».

En remontant dans l’histoire de cette vieille rue, les anciens doivent sûrement se rappeler de la nostalgique ville d’El-Asnam et de la petite école de sténodactylo de Mme

Piette. C’était une modeste école privée dans les années 1960 et 1970 qui dispensait une formation de secrétaires spécialisés en sténodactylographie après une courte formation sur des machines de marques Japy, Olivetti et Royal. Sur ce chemin, on se souvient également des petits commerces de merceries, de «Prénatal», de «Pernel» et du centre culturel français qui faisait le coin de cette rue. Dans le pâté de maisons qui se situe entre la rue des martyrs et la rue Emir Abdelkader, il y avait la clinique de gynécologie-obstétrique. Le bâtiment de deux niveaux sert actuellement de siège à direction de la Jeunesse et des Sports de wilaya.

Cette rue a plein d’histoires à raconter. Ses murs et ses repères sont des témoignages fabuleux qui ont traversé les âges. Chacune de ses bâtisses est un pan de l’histoire de Chlef, voire une partie de notre patrimoine matériel et immatériel qu’il faut conserver pour construire l’avenir. Car il n’y a pas d’avenir sans le passé.

 

Hamid Dahmani

 



07/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 361 autres membres