LASNAMIA

Facteur, pressez le pas, l’amitié n’attend pas !

 

 



Vox populi : Facteur, pressez le pas, l’amitié n’attend pas !

La carte postale et le timbre poste sont sûrement les deux plus grands voyageurs universels qu’ait connus le temps de la communication. À travers ces deux images nostalgiques, témoins d’une époque encore vivante depuis la découverte de ces deux messagers photogéniques, ils demeurent pour nous autres les amoureux de la cartophilie et du timbre-poste les meilleurs ambassadeurs attitrés de la correspondance. La carte postale en noir et blanc ou de couleur a fait son temps. Mais elle demeure toujours prisée et sollicitée comme par le passé.
Nous éprouvons toujours la même sensation lorsque nous la redécouvrons encore une fois, après plusieurs années oubliée, enfouie et jaunie par le temps, au milieu de notre bric à brac. Brève et indiscrète, cette voyageuse accompagnée de son ami de toujours le timbre poste, collée au dos et frappée d’une flamme postale, elle fait le bonheur des collectionneurs. Ces deux produits découverts par des agents de l’administration postale ont révolutionné la correspondance universelle. L’idée de la carte postale est venue du Prussien Heinrich Von Stephan en 1865. Le timbreposte, quant à lui, a vu le jour en 1840 en Grande-Bretagne avec l’Ecossais Rowland Hill. Souvenir de voyages ou de correspondances amicales, la carte postale a ses émules. Elle reste le moyen privilégié de la communication par rapport aux autres formes de correspondance. Ces deux produits, aux thèmes artistiques variés, continuent à circuler et à faire la joie de leurs utilisateurs comme toujours pour échanger les bonnes nouvelles. Poster une carte postale et l’affranchir d’un timbreposte, c’est partager avec votre correspondant des moments de souvenirs agréables par l’écriture et l’image. Dentelée ou non dentelée, cette valeur historique de l’époque du noir et blanc, affranchie d’un timbre-poste oblitéré, est un véritable trésor de collection aux yeux des plus avertis. La carte postale ancienne époque de l’Algérie demeure un produit très recherché pour ses belles images et l’originalité des sites du pays. Le Sahara, les villes, les rues, les monuments, les métiers, les artistes et les personnages représentés sur les vues sont le riche patrimoine identitaire populaire du pays. Réunir pour la circonstance la carte postale et le timbre-poste avec une oblitération qui marque une date-témoin pour la postérité, c’est nourrir l’histoire postale. Aujourd’hui la carte postale a évolué. Parfumée, musicale et en chocolat, elle nous étonne toujours lorsque nous la croisons chez le buraliste ou lorsque nous la retirons de notre boîte aux lettres. La carte postale avec ses sujets fait remonter le temps à travers ses bâtiments, ses rues, ses personnages et ses costumes d’époques oubliées. Revisiter une vue postale, c’est prendre un instant d’admiration et se laisser transporter par la mémoire pour un retour dans le passé. Fouiller à l’œil nu ou à la loupe le sujet figé sur la carte postale ancienne, c’est réveiller notre passé. Entre hier et aujourd’hui, les moyens de communication ont beaucoup changé. La technologie de pointe est en train d’abîmer une culture. La téléphonie, le mail, le SMS et tous les autres accessoires partisans de la paresse sont là pour concurrencer le meilleur héritage culturel de la communication. Les temps ne sont pas favorables en ces moments pour la plume et la lettre Pouah ! Rien ne vaut notre bon facteur. Alors, facteur, pressez le pas, l’amitié n’attend pas !
Hamid Dahmani



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/04/25/article.php?sid=99068&cid=34





28/09/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 361 autres membres