LASNAMIA

Mêlez-vous de vos oignons ! ( Le Chelif du 27/1/2016

Humeur

 

Mêlez-vous de vos oignons !

 

Je n’ai pas encore oublié cette époque de la rareté et de la pénurie récurrente des pro-duits de première nécessité du temps de la politique socialiste agricole. Il était une fois «el-bsal», l’oignon qui demeure à nos jours le nerf de la marmite et de la cuisine. Et il fallait absolument des oignons bien émincés pour toute préparation culinaire. Partout, dans les marchés et chez les commerçants, c’était la tension. «Ki t’goul haba !» à vendre. Les oignons se vendaient sous la table, alors que normalement ce produit «ma yeswech basla !» (Il ne vaut pas un oignon). Le «b’sal» à cette époque dégageait une forte odeur d’insuffisance dans les marchés non couverts à cause de la crise.

Les oignons avaient la cote et étaient alignés au même niveau sur l’étal à côté des fruits importés comme les bananes et les pommes. «Ich t’chouf !» On a même importé des oignons pour inonder le marché avec du «b’sal». Quelle odeur ! L’épicier de notre quartier avait une tête «li metes’wech basla» (Une tête qui ne valait pas le prix d’un oignon). A cette date-là, il faisait de la vente concomitante et nous obligeait a acheté ses invendus comme les biscuits, le Flytox pour avoir 1 kilo d’oignons cachés sous le comptoir. Le «b’sal»rouge ou blanc nous donnait des envies et nous faisait larmoyer de plaisir. On en rêvait et on cauchemardait de l’oignon la nuit venue. Le b’sal avait dis-paru des entrepôts et des carreaux des mandataires soudainement. Lorsqu’on posait la question aux responsables de la régulation du marché des légumes de savoir pourquoi c’est toujours la même pénurie de b’sal qui revient chaque année, on se permettait aussi ce commentaire : «Vous êtes nuls face aux b’sal. Vous ne faites pas le poids !», leur criait-on. Ils nous répondaient toujours sournoisement : «Mêlez-vous de vos oignons ! Et puis d’abord, ce ne sont pas vos oignons !».

Il faut reconnaitre que l’oignon est une plante potagère incontournable dans la «tchektchouka» algérienne. Notre voisine, madame Dalila, n’arrêtait pas du matin au soir de taper à la porte et de réclamer gentiment : «Kech ras b’sal pour préparer ma soupe à l’oignon ?»

Quand le b’sal vient à manquer, rien ne va plus à la cuisine. Ce n’était pas une mince affaire de courir les marchés à la recherche de ce légume chaque jour. On transpirait et on sentait l’oignon la nuit venue à force de lui courir après.

A présent, hamdoullah, l’odeur de l’oignon est partout et on ne se plaint pas. On est gavé aux petits oignons et la mercuriale s’est stabilisée. Et malgré son prix très élevé à notre goût, ni y a plus de conflit d’oignon à la maison.

 

Hamid Dahmani

 



31/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 361 autres membres