LASNAMIA

Raina Raikoum- Mettre la main à la poche. Le Quotidien d'Oran du 24/05/2018

small font medium font large font
Mettre la main à la poche
 

par Hamid Dahmani

 

Les anciens gardent un mauvais souvenir d'autrefois, c'était au moment ou le pays était sous le joug colonial français. Les vieux se rappellent encore de cette époque où les Algériens étaient dédaignés et considérés comme des terroristes, et pour cela il leur était interdit de garder les mains dans la poche de leurs vêtements lorsqu'ils circulaient dans la rue. Ils étaient des suspects, des ennemis potentiels aux yeux des soldats de l'armée coloniale qui craignaient qu'on leur tire dessus avec une arme cachée dans le fond de la poche ou qu'on leur jette dessus une grenade. 

Les personnes qui oubliaient et qui étaient prises avec les mains dans la poche, étaient arrêtées, tabassées et embarquées sur le champ pour passer de mauvais jours à la caserne pour exécuter des corvées pénibles. Aujourd'hui, le pays est libre et indépendant et les gens peuvent garder les mains dans les poches du matin au soir si cela leur plait et sans courir le risque de se faire embarquer par les soldats dans la rue algérienne. Mettre la main à la poche est devenu un geste machinal au quotidien pour satisfaire ses envies et se faire plaisir, consommer ou acheter des articles. Aussi, si on veut boire un café, manger une pizza ou recharger son téléphone, on doit mettre la main à la poche et sortir les dinars pour payer le service. 

Par contre on sait aussi qu'il existe de petits radins qui ne mettent jamais la main à la poche pour payer à leur tour les consommations quand ils sont en compagnie des copains. A croire parce qu'ils ont des oursins à la place des dinars au fond de leurs poches. On dit aussi, dans le même ordre d'idées, que lorsqu'on remarque un duo, lié par l'amitié, toujours ensemble, on devine que le poids est exercé sur une seule personne, notamment quand il est question de mettre la main à la poche. Pis encore, y'en a qui se plaignent et jurent sur la tête de leurs enfants, chaque jour qui passe, que leurs épouses leur font les poches chaque matin sans leur laisser un seul dinar dans la poche. Avoir des oursins dans la poche, c'est être avare comme un rat et ne pas connaitre le partage avec les amis. Dans le présent, notre vie fonctionne avec l'argent de poche de bibi pour les petites dépenses, et l'argent domestique qui reste sacré pour les grandes dépenses de la famille. L'argent c'est le nerf de la guerre et il se trouve caché dans le fond des poches de ceux qui le possèdent et qui le fructifient. D'après les dernières nouvelles rapportées par la presse nationale, le gouvernement veut mettre ses mains dans la poche du citoyen pour alimenter son budget boiteux. C'est fou ce que les gens sont bavards et qu'ils n'ont pas la langue dans la poche, ils racontent sur tous les toits que tous nos malheurs sont à mettre sur le dos de ces nouveaux oligarques qui nous gouvernent et qui ont empoché des milliards et ruiné l'économie du pays. Les malheureux gouvernés comme nous s'interrogent, depuis le temps, si les gens du pouvoir mettent la main à la poche pour payer leurs factures de consommations d'électricité, d'eau, de téléphone et s'ils font aussi leur marché comme la populace ? Payent-ils sur leur propre argent toutes ces dépenses comme le fait le pauvre citoyen ? Ces privilégiés de la République vivent-ils aux frais de la princesse comme l'affirme la rue ? Ont-ils des poches sur leurs vêtements comme les autres citoyens ? 

Un régime colonial qui interdisait aux Algériens dans le passé de mettre les mains dans les poches, et un régime d'un état souverain près de la banqueroute qui oblige le citoyen à mettre la main à la poche pour le soutenir… 


24/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 339 autres membres